Turquie: une loi sur les agressions sexuelles sur mineur suscite la polémique

Une proposition de loi, votée en première lecture ce jeudi soir, permet de suspendre la condamnation d’une personne pour agression sexuelle sur mineur commise sans « force, menace ou toute autre forme de contrainte de la volonté » si son auteur épouse la victime.


Le gouvernement turc a défendu cette mesure qui vise, selon lui, à ne pas pénaliser les couples dont l’un des membres est mineur, mais « consentant », un argumentaire rejeté par les défenseurs des droits des enfants. Le texte doit faire l’objet d’un vote en deuxième lecture pour être validé.
    
« L’AKP (le parti au pouvoir) a fait passer un texte qui pardonne ceux qui épousent l’enfant qu’ils ont violé », a réagi sur Twitter un député de l’opposition sociale-démocrate, Özgür Özel. Sur Twitter, le mot-dièse #OnNePeutPasLegitimerLeViol en turc était parmi les plus populaires en Turquie ce vendredi.

3.000 familles concernées

Le ministre de la Justice Bekir Bozdag a accusé l’opposition de « déformer la question volontairement » et soutenu que le texte visait, au contraire, à « protéger les enfants ». Il argumente: « Les mariages précoces sont malheureusement une réalité (…) Lorsqu’un enfant naît de cette union non officielle, le médecin prévient le procureur, et le mari est envoyé en prison, plongeant la femme et l’enfant dans les difficultés » financières. 
    
Ces hommes ne sont « pas des violeurs, pas des agresseurs sexuels », a encore déclaré le ministre, ajoutant qu’environ 3.000 familles sont actuellement concernées par cette mesure.

« Agression sexuelle sans contrainte » pour le ministre de la Justice turc

Cet argumentaire a suscité des réactions outrées sur les réseaux sociaux. « Le ministre de la Justice a utilisé l’expression ‘agression sexuelle sans contrainte’. Il n’y a rien d’autre à ajouter, je pense », a ainsi déploré Amnesty International en Turquie.

S’il n’existe pas de statistiques officielles, le mariage précoce est encore une réalité en Turquie, notamment dans l’est du pays. Les jeunes filles, qui subissent la pression de leur entourage, sont rarement en mesure de s’y opposer. L’âge minimum légal pour se marier en Turquie est de 17 ans. La loi autorise le mariage dès 16 ans dans certaines « circonstances exceptionnelles », avec l’aval d’un juge.

La cour constitutionnelle turque s’est prononcée en juillet en faveur du retrait d’une disposition du code pénal qui caractérise tout acte sexuel avec un enfant de moins de 15 ans comme un « abus sexuel », un jugement dénoncé par la société civile.

Bfmtv.com

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*