Un adolescent retrouvé mort, gisant sur la route de Mtsangani

La victime, que les policiers ont découverte gisant sur la route de Mtsangani la nuit du dimanche au lundi, a été conduite aux urgences de l’hôpital El Maarouf où il rendra son dernier souffle, le lendemain. La police judiciaire qui mène l’enquête a interpellé le présumé auteur du meurtre et son ami, lesquels seront déférés au parquet ce mardi.

Les patrouilleurs de la police nationale ont fait une découverte sidérante samedi dernier, aux environ de 23h selon les informations du département de la police judicaire, interrogé par La Gazette des Comores. « Arrivé à Mtsangani, à coté de la mosquée, ils ont aperçu un homme gisant sur la route, côté mer, convulsant », nous raconte le patron de la police, Mohamed Said. « Ils l’ont tout de suite transporté aux urgences. Ce matin, on a appris qu’il n’a pas survécu », poursuit-il.

Le commissaire de police nous indiquera que la même nuit, la police a ratissé les lieux et fini par identifier le présumé auteur de ce qui s’apparente à un meurtre. Il s’agit d’un jeune homme âgé entre « 16 et 18 ans ». Ce dernier a expliqué à la police qu’il recevait des menaces de la part de sa victime. En balade le soir du drame, il aurait croisé l’autre adolescent qu’il «tuera». « J’ai dit à mon ami : « Ah voilà celui qui ne cesse de me menacer ». Et lui, mon ami, a exigé que nous nous battions pour mettre fin à la guéguerre une bonne fois pour toute », nous a rapporté la police qui l’a interrogé. Les deux adolescents en sont venus aux mains, sous le regard de l’ami du présumé. La victime, en tombant, se serait cogné contre « un caillou ».

Au moment de notre entretien, le patron de la police judiciaire n’était pas en mesure de préciser quelle partie du corps a été concernée. Toutefois, selon certaines informations, c’est la tête qui aurait été touchée et qui lui aura été fatal. Le présumé auteur du drame a essayé de s’échapper des locaux de la police judicaire où il était en garde à vue avec son ami qui encourageait l’affrontement. Ils vont être déférés au parquet ce mardi, à en croire le commissaire Mohamed Said.

Lors de notre rencontre dans son bureau, le chef du département de la police judiciaire a accepté de répondre à nos questions sur un autre sujet qui jase. Celui lié aux « enlèvement de mineurs », qui fait l’objet de plusieurs commentaires ces derniers jours, créant une psychose. « Nous avons eu des bruits à ce sujet. Après renseignement, nous n’avons rien obtenu de concret », nous répond-il, affirmant qu’aucune alerte n’a été émise auprès des services de la police. La Gazette s’est ensuite adressée à la gendarmerie nationale.

Ici, le commandant du groupement de Ngazidja de la gendarmerie nationale, Ramadani Mdahoma, entonne le même refrain que la police judiciaire : « Nous ne disposons d’aucun renseignement concret ». Les deux parquets, quant à eux, ont formellement démenti les « rumeurs » lors d’une conférence de presse conjointe organisée à cet effet, hier. Notons qu’un homme s’est fait agresser par un groupe de malfrats la nuit du dimanche à lundi. La victime serait un enseignant d’anglais selon les dires. La gendarmerie n’a encore confirmé ni infirmé cette thèse. L’enquête en cours devrait donner sa conclusion aujourd’hui.

Toufé Maecha / LGDC

1 commentaire sur Un adolescent retrouvé mort, gisant sur la route de Mtsangani

  1. Mon Dieu , où peut on trouver la tranquillité ? .
    A Mayotte, il a l’ insécurité , des agressions physiques pour les des délinquants puissent se nourrir,les comoriens se réjouissent énormement de cette situation , mais à la grande Comore, on torture de ses délinquants jusqu’ à la mort puis les jete sur la route.

Répondre à Badrou Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*