Un agent de police poursuivi pour menace et harcèlement

C’est dans la matinée d’aujourd’hui que sera fixé le sort de Mikidachi Mohamed alias Soulé, poursuivi et placé en détention provisoire pour menace et harcèlement. Ce renvoi pour délibéré a été décidé à l’issue d’une audience tenue devant le tribunal de flagrant délit, samedi 22 juillet.
Selon les explications faites par la présumée victime, Mikidachi Mohamed était comme un membre de sa famille, il habitait chez elle, c’était quelqu’un sur qui elle pouvait compter.
A un moment il a commencé à lui faire des avances et elle l’a toujours repoussé parce qu’elle ne trouvait pas ça «bien».  «Il n’arrêtait pas de me suivre partout, il était devenu comme mon ombre, que ce soit à Moroni ou au village, je n’en pouvais plus.
J’ai fini par le raconter à ma famille, il fut renvoyé de chez nous», a-t-elle souligné. Quant au prévenu, il a affirmé, devant le juge, qu’en effet il habitait chez la présumée victime et ils avaient une liaison tous les deux.
La famille était même au courant de leur histoire, car c’était lui qui finançait ces études. «J’achetais ses fournitures scolaire, ses vêtements, je faisais tout pour elle», révélait-il avant d’ajouter qu’après ils avaient rompu leur relation, et qu’elle avait rencontré quelqu’un qui l’a épousé.
Dès lors il aurait arrêté de subvenir à ses besoins. «J’ai arrêté de lui payer ses fournitures, j’ai une famille maintenant et elle n’arrêtait pas de m’appeler, me  demandait  de l’argent, cherchait à  me voir, mais je l’ai toujours repoussée».
Au terme des débats, le substitut du procureur a demandé à ce que la loi soit appliquée. Quant à la défense Me Issa a démontré qu’il s’agissait «de jalousie». «La présumé victime serait  jalouse du fait que son ex a épousé une autre». Ainsi, il a demandé le relaxe pure est simple de son client et la levée du  mandat de dépôt. 

Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*