Un ancien membre de la commission anti-corruption poursuivi pour détournement de biens publics

​Selon le procureur de la République, au terme de l’enquête préliminaire de la brigade de recherche, une information judiciaire vient d’être ouverte. «Deux personnes sont actuellement poursuivies : le responsable du magasin de stockage, qui se trouve actuellement en détention provisoire, et l’ancien secrétaire général du ministère, placé sous contrôle judiciaire», a-t-il dit.

Le parquet de la République de Moroni vient d’ouvrir une information judiciaire sur une affaire de disparition d’un don d’équipements et de matériels destinés aux agriculteurs pour la protection de «l’environnement écologique». L’enquête vise l’ancien secrétaire général du ministère de la Production et ancien membre de la commission anti-corruption, Saïd Youssouf Mohamed alias Mao, ainsi que le responsable du magasin où ces matériels étaient stockés. Il s’agit, entre autres, de groupes électrogènes, d’ordinateurs portables et de bureau, de scanners, d’imprimantes, de motocyclettes, de pièces de rechange et de Gps (Global Positioning System). 

Selon Mohamed Abdéramane Hilali, avocat du ministère et auteur de la plainte, il a été constaté, après le changement intervenu dans le département, que ce don n’était pas au complet. «Nous avons constaté qu’il y avait trois cartons de scanners au lieu de cinq, quatre unités centrales au lieu de trente-trois, trois imprimantes au lieu de trente-trois, deux écrans d’ordinateur au lieu de trente trois et deux groupes électrogènes au lieu de quatorze», a-t-il précisé.

Selon le procureur de la République, au terme de l’enquête préliminaire de la brigade de recherche, une information judiciaire vient d’être ouverte. «Deux personnes sont actuellement poursuivies : le responsable du magasin de stockage, qui se trouve actuellement en détention provisoire, et l’ancien secrétaire général du ministère, placé sous contrôle judiciaire», a-t-il dit. Selon toujours lui, ce contrôle judiciaire à l’encontre de Said Youssouf Mohamed est assorti d’une mesure d’interdiction de quitter le territoire.


Quatre jours après l’ouverture de l’information judiciaire, le parquet a émis un réquisitoire supplétif afin de permettre au magistrat instructeur de diriger son enquête vers la qualification de «détournement de biens publics.» «Le juge d’instruction est saisi de cette demande de disqualification des faits. Maintenant, c’est à lui de prendre les mesures nécessaires», a ajouté le chef du parquet de Moroni.

Mm/Alwatwan

1 commentaire sur Un ancien membre de la commission anti-corruption poursuivi pour détournement de biens publics

  1. Bonjour , je suis surpris de voir un menbre d’un commission d’antidrogue ou anticorruption etre mis en examen pour des cas comme ça , c’est trés honteux et regretable d’vaoir un jeune cadre comme Monsieur said youssouf ( mao) d’etre mis sous controle judiciaire , j’avais cru un jeune comme said youssouf , avec ses competance et son inteligence , et ce qu’il a vecu à l’etrenger allait donner un bon immage à lui meme , à son pays et sa region , j’ai pensé que said youssouf prepare sa place d’un cadre polique de notre pays , notament sa region , mais il nous fait la honte , pour moi , je ne suis pas un juge mais son controle judiciaire ne suffit pas , et surtout j’espére que la lumiére sera fait pour des affaire comme ça , je laisse à la justice de faire son travail , j’espére que demain on vera pas les accusés de corruption des fond de l’etat soient libre et allaer se cacher en france soit disant ils se sont evader en prison en passant par mayotte en kwassa , merci la justice comorien

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*