Un bulletin de vote pour entrer en Enfer

mistoihi

Certes, certains le savent mais nombreux l’ignorent encore, sinon veulent faire semblant de l’ignorer. 
En effet, aujourd’hui, contrairement aux principes de l’Islam qui définissent celle-ci comme à la fois une religion et mode organisationnel, un Etat, la politique est définie comme le monde du mensonge, un moyen pour subvenir à ses besoins vitaux. La preuve, il est désormais strictement interdit de parler de politique dans nos mosquées, parce que parler de politique « c’est commettre un pêché ». (Massikini Mkomori ». L’Islam, réduite aux prières quotidiennes et parfois même au simple fait d’être Comorien, constitue une chose, la politique une autre. mistoihi
Ce qu’on ne doit pas oublier, c’est que aider une personne à tuer une autre sans raison valable, c’est synonyme à commettre un crime, parce qu’on subit le même sort, quand on est dans l’argumentation religieuse. Boire ou servir volontairement à boire revient au même. 


Alors que dire d’un Bulletin de vote qu’on donne à une personne de moralité douteuse ou à une personne vue comme ‘le père fondateur de toues les maladies sociales ». Alors, pour être très claire, « si vous votez pour quelqu’un dont vous détenez des preuves comme quoi il est voleur, par exemple, chaque acte de vol qu’il va commettre durant tout son mandat, tu partages la responsabilité ». Vous votez un homme corrompu, chaque acte de corruption commis par cette personne atteint ton panier de pêchés. » Imaginez, si le jour du jugement dernier, on t’invite à entrer en enfer pour seulement une voix que tu as donnée à un homme, qui n’a aucune influence sur ton existence. Quel regret! .
Et nombreux vont se poser la question de savoir si la solution ne serait de s’abstenir? La réponse est non. Entre deux maux, il faut choisir le moindre. Entre un menteur et un voleur, on peut faire un choix. Par ailleurs, nous n’avons pas le droit de supposer que tous les candidats sont pareils, parce que les accusations gratuites sont foremmelent bannies par le Coran. Et surtout de chercher à supposer que les seuls candidats restent ceux qu’on appelle les favoris…A méditer!

Mistoihi Abdillahi

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*