Un employé de l’hôtel Itsandra suspendu pour avoir refusé de soutenir la candidature de Mamadou

wpid-screenshot_2015-11-03-05-19-22-1.png

Aussitôt nommé à la tête de cet hôtel qui à la tutelle de l’Etat comorien, Mohamed Rachid commence à prendre de décision politique tout en politisant l’hôtel. Il vient de suspendre le chargé en communication et animateur de la page facebook de l’hôtel par ce qu’il ne soutien pas Mamadou. Il donne comme raison « vous avez un penchant politique, vous ne pouvez pas être le chargé en communication de l’hôtel Itsandra et avoir un penchant politique », a-t-il déclaré. Un argument erroné puisque l’intéressé lui-même été le chargé en communication et principale animateur des meetings du candidat Elarif Saïd Hassane aux élections législatives dont son frère Ali Rachid était son suppléant et Mohamed Rachid n’a jamais remet en cause son penchant politique. Peut être parce qu’il avait penché en faveur de son frère et aujourd’hui il est contre son candidat. Pure encore, Mohamed Rachid l’avait suggéré d’ouvrir une page Facebook pour le comité de soutien du candidat Elarif Saïd Hassane et son frère Ali Rachid, un service qu’il n’a promis de payer lui-même malgré qu’il n’a pas honoré cet engagement.

image

Mais Mohamed Rachid a décidé de le suspendre aujourd’hui par ce qu’il ne marche pas aujourd’hui avec Mamadou sous prétexte qu’il ne veut pas politiser l’hôtel pendant que son bras droit le jeune Abdourahim est parmi les cerveaux de la jeunesse Mamadou. Il ne veut pas politiser l’hôtel et pourtant, après sa nomination, lui et son équipe ont organisé un déplacement des employés de l’hôtel pour aller remercier le vice-président Mamadou, par les moyens de l’hôtel. Un déplacement que certain agents ne voyaient pas son utilité que des manœuvres politique de Mohamed Rachid. Alors, est-il vrai que Mohamed Rachid ne veut pas des employés qui font la politique ou il ne veut pas des employés qui ne font pas la politique de son candidat ? En tout cas, beaucoup des manœuvre politico-politiciens sont en vue dans cet hôtel dont certains doute de la capacité de l’Etat de pouvoir le géré. Des employés mise en écart, d’autres réduites à leur fonctions pendant que d’autre ont préféré partir carrément. Voila ou va l’hôtel de l’Etat.

Nakidine Hassane

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*