Un enseignant exhorte à une formation en faveur du chargé de communication de l’Education

Les bras lui en tombent dès qu’on lui a confirmé que Salim Abdallah travaille bel et bien pour le ministère de l’éducation nationale. Le journaliste Salim est devenu objet de dérision ces derniers temps sur Facebook, répercutant ainsi l’image du Ministère. Et pour cause, le nouveau charge de communication multiplie les posts Facebook truffés de faute impardonnables pour quelqu’un qui, au vu de ses nouvelles fonctions, doit veiller scrupuleusement à un parfait usage de langue d’enseignement. Une situation qui interpelle un des cadres du domaine, Mohamed Ali Mgomri.

A lire aussi 👉http://www.comores-infos.net/le-journaliste-salim-abdallah-nomme-patron-de-la-com-au-ministere-de-leducation/

« Ces derniers temps, on nous donne à lire des textes relatifs a l’éducation nationale. Au début je pensais à une manipulation pour nuire. Mais cet après midi, un ami m’a confirmé que ce sont des vrais textes émanant du ministère de l’éducation. Si cela s’avère vrai, je supplierais l’autorité de tutelle d’arrêter sans délai ce que je considère d’insulte a notre ministère. S’il n’y a personne dans ce pays pour assurer la communication dans ce ministère, merci de placer l’auteur en formation de langue ( stage d’immersion). Personne n’est infaillible et c’est la raison de l’émergence de la notion de formation permanente. Il est question de notre dignité, du sérieux de notre mission et de notre image auprès de nos concitoyens et nos partenaires. Merci ».

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*