Un gouvernement d’union nationale de transition s’impose à l’heure actuelle

Plongé dans la désolation extrême, le pays se vide petit à petit sans  que nous puissions nous rendre compte de la vitesse engagée et y remédier ensuite. Ainsi, plus de la moitié de la population comorienne (population totale estimée  à ce jour à 800 000 habitants) quitte les Comores  et souhaite échapper à la misère.

image

Mais malheureusement, le pays porte un deuil permanent de nos 10 000 hommes, femmes et enfants qui meurent chaque année après des naufrages répétés en mer mahoraise. Il y a aussi les 17 comoriens disparus récemment au large des mers égyptiennes et qui ne préoccupent personne. Ce n’est pas normal ce que vous faites. Les questions pertinentes qu’il faut surtout oser poser aux citoyens comoriens : pourquoi  tout le monde veut être « je viens » ? Pourquoi aller à Madagascar ou à Zanzibar pour se faire soigner ? Pourquoi et pourquoi ? …etc.

C’est dans ce cadre que je saisis cette occasion pour  m’adresser à tous les acteurs politiques comoriens, notamment nos 25 candidats pour tirer la sonnette d’alarme que l’heure de s’asseoir autour d’une table est arrivée. C’est le moment  propice de vous unir ensemble  pour un seul et unique objectif. Il faut exiger avec énergie l’établissement d’un gouvernement d’union nationale afin de répondre aux besoins immédiats du pays et des citoyens. La question de ce système, qui  tourne entre les îles, doit  impérativement être en effet révisée.

Mmadi Salim Ali

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*