Un ingénieur Comorien forcé à rester et à travailler en Turquie par l’Université d’Ankara

Djalaliddine ONFI est un jeune comorien surdoué. Son Cv et son parcours sont impressionnants, les responsables de l’Université d’Ankara l’ont vite compris. Djalaliddine est actuellement forcé par les responsables du département de recherche de l’Université d’Ankara à rester et à travailler pour l’Université après avoir mené un travail de recherche qui a été publié au Canada.  Djalaliddine s’est confié à Comores infos dans une conversation téléphonique, il demande l’aide de l’Etat Comorien. L’Université lui a dit que si il ne travaille pas pour eux, l’Université ne lui fournira pas son diplôme. Ecoutez la conversation téléphonique et ci dessous son cv et projet.

20170610_193141

0002
0001 (2)

0002 (1)

Partagez pour aider ce jeune. 

 

2 commentaires sur Un ingénieur Comorien forcé à rester et à travailler en Turquie par l’Université d’Ankara

  1. Felicitations pour les travaux de son diplome de Maitrise mais ceci n’a pas de sens. Comment peut on l’empecher de partir alors que ses travaux n’ont commence que l’annee derniere? En plus, la moyenne general de 1ere annee montre un 2.75, c’est un C, dans le systeme educatif Turque. pour un surdoue, la moyenne devrait etre au moins un 4, qui est une note A. Et juste par curiosite, pourquoi le bulletin de note est en Francais? ne devrait il pas etre en Turque ou Anglais?

  2. Avec tous les bagages des diplomes que vous possedez, et partir travaillez dans un pays qui en connaitra pas la valeur avec une remuneration a peine à acheter une baguette chez Nassib si par chance vous etes payé.Franchement je te conseille de rester dans un pays où au moins il reconnait la valeur de ce qu’il possède.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*