Un jeune comorien élu dans le Conseil régional du programme «Yali »

«Young African leaders». En Afrique, ce sont 500 jeunes qui ont pris part au Yali 2015 et élu, par région, les membres des Conseils consultatifs régionaux pour un mandat d’un an. Salim Ismaël dit avoir postulé dans ce Conseil pour «mettre en pratique et faire bénéficier à sa région l’expérience acquise lors de ses six semaines d’apprentissage à l’Université de Berkeley en Californie.

image

Le président de l’association «Yes we can» qui promeut la langue anglaise aux Comores, Salim Ismaël, va se rendre prochainement à Johannesburg en Afrique du sud où aura lieu, du 21 au 24 de ce mois, une réunion des trois bureaux régionaux africains (Ouest, Sud et Est) des «Regional advisory Board», le Conseil consultatif régional du programme «Mandela fellowship for young» (Yali).

Au cours de cette réunion, chaque zone sera appelée à élire son bureau exécutif. Les Conseils consultatifs régionaux sont des organes émanant du programme Yali initié par le président américain Barack Obama. Salim Ismaël a fait partie des trois jeunes comoriens choisis dans l’édition Yali de cette année.

En Afrique, ce sont en tout cinq cent jeunes «leaders africains» qui ont pris part au Yali 2015 et élu, par région, les membres des Conseils consultatifs régionaux pour un mandat d’un an. Salim Ismaël dit avoir postulé dans ce Conseil pour «mettre en pratique et faire bénéficier à ma région l’expérience que j’ai acquise lors de mes six semaines d’apprentissage à l’Université de Berkeley en Californie». L’intéressé déclare qu’une fois en Afrique du Sud, il ne va pas se contenter de son titre de membre du Conseil, mais va aussi postuler au poste de président du bureau exécutif.

Le Conseil consultatif régional de l’Afrique australe comporte quatorze pays dont l’Angola, le Botswana, Madagascar, l’île Maurice, le Lesotho ou encore le Zimbabwe. Aussi, quelle que soit l’issue des élections, Salim Ismaël en tant que membre du Conseil consultatif régional de l’Afrique australe de cette année peut «représenter la diversité des jeunes de ma région. Ou encore servir dans un rôle consultatif auprès de l’Usaid entre autres pour l’élaboration du programme Mandela Washington bourse basée en Afrique».

Abdallah Mzembaba / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*