Un journaliste forcé de dévoiler la source

Un journaliste forcé de dévoiler la source

 

Moroni, mercredi 30 Mai 2012 (HZK-Presse) –Un article sur l’affaire de 34 agents de la société comorienne des Hydrocarbures (SCH) qui seraient envoyé en congé fait des vagues. Le journaliste Toybe Ahamed du journal Al-Watwan est entendu avant-hier par la police.

 

Une audience d’une heure qui en dit long. La police le force de dévoiler la source sur cet article qu’il a publié le 16 mai dernier. Mais le reporter est catégorique : « je ne peux pas dévoiler la source », persiste et signe notre confrère d’Al-Watwan.

A la page 2 du journal de l’Etat, du mercredi 16 mai dernier, notre confrère Toybe Ahmed cite à la fin de son article intitulé « prendre son congé n’est pas se faire virer … » que parmi les 34 agents envoyés en congés, « certains ont été mêlés dans des affaires de détournement de carburant, mais leur cas n’est pas encore tranché »

Certains de ces agents ont porté plainte contre notre confrère pour cette phrase. « Ce qui m’a étonné vraiment est qu’aucun d’entre eux en présence de la police n’a démenti la véracité de cette information. Mais plutôt, ils demandent que je dévoilé ma source », indique Toyb Ahmed, journaliste d’Al-Watan.

« Je ne peux pas dévoiler ma source », martèle-t-il en ajoutant que l’éthique et la déontologie du journalisme ne lui permet « absolument pas de révéler la source ». Il précise que « si je dévoilé ma source, là je ne suis pas un journaliste ». Cette interrogation constitue une autre attaque contre les journalistes. Nous déplorons encore cet acte qui ne fait qu’entraver la liberté de presse.

 

Ibnou Med Abdou

hzkpresse

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*