Un nouveau centre professionnel et technique pour les Comores

A l’occasion des 60 ans de coopération entre l’Union des Comores et l’Union Européenne, une semaine d’activités a été organisée par l’UE et a pris fin samedi dernier par une journée portes-ouvertes à l’Institut Universitaire de Technologie (IUT).

Les activités portant sur les 60 ans de coopération entre l’Union des Comores et l’Union Européenne ont pris fin samedi dernier. Une journée portes-ouvertes a été organisée à l’Institut Universitaire de Technologie (IUT) et des stands montrant certaines réalisations de l’Union Européenne aux Comores. La journée a été marquée par la remise de matériel informatique et du nouveau bâtiment devant abriter le centre de formation professionnelle et technique.

« Cette remise de matériel va améliorer le savoir faire des étudiants, rehausser la qualité de l’enseignement et mieux orienter les savoirs et l’offre de la formation professionnelle », lance Ahmed Bacar, le directeur de l’IUT. Ce dernier souhaite que son établissement devienne un centre de formation professionnelle et technique de référence dans le pays. L’ambassadeur de l’Union Européenne auprès de l’Union des Comores a montré sa disponibilité d’accompagner les Comores et renforcer davantage les relations entre les deux pays.

« La formation professionnelle est important aux Comores pour son développement et nous n’allons pas nous arrêter là », déclare « Antonio Sanchez Benedito », ambassadeur de l’UE auprès de l’Union des Comores. Ce dernier annonce un programme de 9 millions d’euro pour améliorer l’offre de formation aux Comores et a montré par la suite que le matériel et le bâtiment ont été financés à hauteur de 170 millions de nos francs.

Le ministre de la jeunesse en charge de l’emploi remercie l’UE de tout ce qu’elle fait aux Comores surtout dans le domaine de la formation professionnelle. « Aujourd’hui, il est temps que les jeunes prennent conscience que l’enseignement n’est pas seulement l’enseignement général. Mais la formation professionnelle peut permettre de faire de bonnes choses et d’aller vers l’avant », montre Salim Hafi, le ministre de la jeunesse en charge de l’emploi. Ce dernier a montré par la suite que le gouvernement comorien place la formation professionnelle parmi ses priorités pour le développement du pays.

Mohamed Youssouf / LGDC

1 commentaire sur Un nouveau centre professionnel et technique pour les Comores

  1. Que peut apporter l’union d’azali à l’union europeenne?
    Rien!
    A part des prochains fouteurs de merde comme c’est le cas déjà à Marseille.

Répondre à PEYRE Léo Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*