Un nouveau kwassa transportant 28 passagers a été intercepté dans la nuit de mercredi à jeudi au nord-ouest de Mayotte.

0322-essence_kwassa

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Jeudi 21 mars, à 3h45, au nord-ouest de Grande-Terre, les gendarmes du M’Djabbar de la brigade nautique a intercepté une un kwassa-kwassa avec à son bord 28 personnes dont deux passeurs. Les passagers, comme le veut la procédure appliquée à Mayotte ont été placés au centre de rétention de Pamandzi alors que les deux passeurs ont été placés en garde à vue avant d’être déférés devant la justice. Ils risquent dix ans d’emprisonnement et une interdiction définitive de territoire français.

La semaine dernière, une embarcation de même type s’est retournée au large d’Anjouan faisant, selon nos informations, 29 disparus. Le Gouverneur d’Anjouan, Anissi Chamsidine a tenté une opération de récupération des corps des victimes jeudi dernier à bord du Tratringa III. Un ratissage de la zone indiquée par la direction nationale du COSEP (Centre des ppérations de secours et de la protection civile) a été effectué. L’opération anjouanaise a été appuyée quelques heures plus tard par un avion militaire venu de Mayotte mais les recherches sont restées vaines. Le Tratringa III est revenu au port de Mutsamudu samedi à 2h00 du matin. Le gouverneur a exprimé son indignation vis-à-vis de l’«impuissance» de l’Etat qu’il représente à sauver les vies qui périssent en mer. «Il est grand temps qu’une solution définitive et concertée soit trouvée pour que nos concitoyens ne périssent plus dans ce bras de mer», a-t-il ajouté.

Malango

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*