Un projet de décret en conseil des ministres sur le vote extraterritorial

Le ministre de l’intérieur présente ce mercredi en conseil des ministres un projet de décret sur le vote de la diaspora.

Le ministre de l’intérieur chargé des élections a convoqué les partis politiques pour parler du processus électoral en cours. Le ministre leur a annoncé son intention de déposer auprès du gouvernement un projet de décret relatif au vote de la diaspora.

« Je viens de retirer mon arrêté relatif au vote de la diaspora pour soumettre au conseil des ministre de ce mercredi un projet de décret sur ce vote de la diaspora », déclare Houmed Msaidié.Houmed_Msaidie_

Parlant du cadre de concertation, une structure dirigée par le gouvernement, la CENI et les partis politiques, il a insisté sur l’importance de cette structure qui agit dans le sens de prévenir et de résoudre les éventuels conflits électoraux. « Le rôle du cadre de concertation est vraiment important. C’est pourquoi il doit être élargi », a-t-il poursuivi.

Espace de dialogue entre le gouvernement, la commission nationale électorale indépendante (CENI) et les partis politiques, cette institution va intégrer les représentants des candidats pour les prochaines élections.

Les partis ont salué l’initiative du ministre mais ont demandé, pour l’avenir, de connaître d’avance l’ordre du jour de leurs rencontres. Les responsables des partis se sont plaint d’être ignorés souvent dans le processus auquel ils ne sentiraient pas suffisamment impliqués.

« Nous approchons des élections présidentielles susceptibles d’être source de conflit. Il y a lieu de bien les préparer pour être acceptables », a dit Said Ahmed Toihir, membre de l’Alliance pour la sauvegarde des institutions (APSI). « On ne doit pas être informé mais impliqué dans le processus », a-t-il ajouté. Said Ahmed Toihir a souhaité que l’organe qu’est le cadre de concertation ne doit pas avoir « de gros bras mais des têtes bien faites qui maîtrisent bien le dossier électoral ».

Avant de se séparer, les partis politiques ont exprimé leurs inquiétudes sur le vote de la diaspora et ont demandé des réponses claires au gouvernement à commencer par le ministre chargé des élections au sujet du retrait du code électoral révisé du vote du parlement.

Mohamed Youssouf /HZK-Presse

 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*