Un projet de formation des enseignants d’Histoire en pointillés

Le ministère de l’Education confirme que cette formation qui aurait du être organisée en juillet dernier au profit des enseignants d’Histoire aura bien lieu «en octobre.» Mais, le formateur, lui, a du mal à le croire et estime que le fonds destiné à ce projet a été détourné de son objectif.

Par Abouhariat Said Abdallah

Il y a une année, l’historien franco-comorien Mahmoud Ibrahime a introduit un dossier auprès du Programme franco-comorien de Co-développement (Pfcc) pour la formation des enseignants du secondaire à l’utilisation du nouveau manuel d’Histoire 6e-5e  dont il est le concepteur. Il devait profiter de cette occasion pour distribuer  ces mêmes manuels à certains collèges très éloignés de la capitale.

Fixée d’abord en juillet, puis reportée au mois suivant, la formation est aujourd’hui renvoyée…aux calendes grecques. «Les 5000 euros versés par la coopération française dans le cadre de cette formation ont été ‘empruntés’ pour les préparatifs de la conférence sur l’éducation en septembre dernier», croit savoir Mahmoud Ibrahime.

Le Directeur administratif et financier (Daf) du ministère de l’Education nationale, Said Mohamed, ne le dément pas. «Nous avons emprunté une partie de cet argent pour préparer cette conférence ; l’organisme qui devait financer ce grand rendez-vous nous a demandé d’avancer le fonds nécessaire en attendant le remboursement», explique-t-il.

Selon toujours lui, «ce remboursement se fera cette semaine. Si le ministère s’est autorisé à emprunter cet argent, c’est par ce qu’il ne savait pas la date à laquelle devait avoir lieu la formation, sinon nous ne l’aurions pas fait.»

Le département de la Culture du ministère confirme que la formation aura bien lieu «en octobre.» Et d’ajouter: «Nous avons demandé à Mahmoud Ibrahime de venir en novembre ou décembre mais il ne serait pas libre. Nous pouvons lui acheter le titre de transport incessamment pour qu’il  puisse venir dans deux ou trois jours.» Au siège du Pfcc, on maintient que «le projet doit se faire avant décembre. Le ministère nous a informés que ce n’était pas encore fait pour des questions techniques.

Nous allons leur demander de nous indiquer la date exacte. Si ce n’est pas le cas, nous verrons la procédure à suivre.» Selon nos dernières informations, le ministère aurait proposé à l’intéressé de venir du 25 octobre au 17 novembre, mais Mahmoud Ibrahime ne serait pas disponible. Ce serait dommage si cette formation des enseignants comoriens venait à tomber à l’eau.

Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*