Un putsch à l’horizon pour la nouvelle alliance Barwane-Larifou-Fahmi, Sambi sous antidépresseurs

Décidément le triumvirat (terme qui décrit l’alliance secrète de trois personnalités de poids égaux qui s’unissent pour diriger) Barwan, Fahmi et Larifou ont décidés d’être les traîtres de la nation jusqu’au bout.

image

Après avoir matraqué les comoriens à coups de discours et de petites phrases dans les médias et dans la presse à la louange et à la gloire de leur maître le grand Satan de la nation, après leur allégeance au diable Sambi, ce trio infernal aurait passé en secret un pacte de non obéissance et ont décidés de pousser Sambi à la sortie au prochain virage.

Cette alliance tardive aura des conséquences dramatiques sur le plan politique au vu de la prochaine élection présidentielle de 2016, des conséquences graves sur un climat politique déjà bien pollué.

Barwane l’infirmier empoisonneur

Cette idée de révolution interne serait le fruit de l’imagination de Barwane, tel un charognard assoiffé de sang et de pouvoir depuis la fessé qu’il s’est pris au municipale à Moroni, cet homme est prêt a tout pour arriver à ses fins, quitte à trahir à tour de rôle les wangazidja, son maître dans l’art du mensonge et de la manipulation je prénom donc le Grand Satan oups excusez moi le grand Sambi, puis ces frères de guerre Fahmi et Larifou au moment venu, des frères de guerre dont un de ses proches nous dit qu’il les surnommes les guignols du barreau.

Fahami le docteur caméléon

Tel un caméléon Fahmi change de couleur selon ses humeurs et de l’environnement politique, il est aussi réputé d’être sur tous les mauvais coups, doté d’un œil capable de surveiller le sol pendant que l’autre regarde en l’air, une langue qui jaillit comme un ressort pour capturer les proies à distance comme de près, une double nationalité qui lui tient lieu de troisième main pour passé d’un pays à l’autre en l’occurrence les Comores et la France et une proverbiale faculté de changer de couleur politique et de nation : avec tous ces atouts, le caméléon Fahmi est d’habile acrobate et bon manipulateur.

Larifou l’aide soignant outsider

Ce dernier joue le rôle de troisième Homme en générale celui qui ne sert à rien et qui tien la chandelle pendant le dîné romantique entre Barwane et Fahmi. Ce n’est pas surprenant puisque depuis son retour aux Comores il n’a été capable de proposer aucune ligne politique cohérente et aucun programme réalisable, il est le champion toute catégorie confondue de la défaite électorale, un sorte de boulet que personne ne veut dans ces rangs, même le chef satanique Sambi ne voie pas d’un bon œil sa présence dans ces rangs.

Après une rencontre secrète entre les trois hommes et quelque proches, Fahmi le docteur caméléon aurait prescrit une morphine à forte dose pour calmer les douloureux maux de tête et les crises de panique que subirait Sambi, cette opération de déstabilisation et de mise à terre de Sambi serai confier à Barwane l’infirmier empoisonneur, pendant que Larifou l’aide soignant outsider se verrait confier la tache ingrate de changer les couches du maître, la seule tache qu’il est capable d’accomplir.

Le tout puissant Sambi semble dans la tourmente, selon son entourage il répète inlassablement avec un aire dépressif et furieuse, n’aurait dû jamais crée ce parti et coulé une vie tranquille à Dubaï et à Paris où il a des hôtels particuliers payés avec les masses d’argent qu’il a détourné au détriment du peuple comorien. Mais avec la haine la soif de sang et rage de vengeance qui l’habite et l’anime dit vouloir aller jusqu’au bout, mais visiblement c’est sans compté sur Barwane, Fahmi et Larifou qui sont prêt à le mettre Chaos.

Ce jour là alors, les alliances se fendront et seront fragile, Sambi dira : j’aurai souhaité que ma mort soit imminente, le JUWA me brûle, ma fortune volé aux comoriens ne m’a servi à rien, mes mensonges et mes manipulations me conduiront en enfer, mon autorité est anéantie et m’a quitté.

Qui vivra verra…

Said Abdallah

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*