Un seul mot pour qualifier ce qui s’est passé à Marseille, de la barbarie

Des barbares sans âme ont osé faire un acte abominable. Voilà le vrai visage de l’opposition de Marseille, elle est prête à voir des morts à tuer, à sacrifier des Comoriens pour un seul le but le pouvoir.

La liberté d’expression a des limites. Notre culture condamne l’acte commis ce dimanche à Marseille. Soilihi Zilé et sa bande sont prêts à tout pour avoir le pouvoir. Ils sont allés jusqu’à faire des prières pour la mort du président Azali. C’est une honte, c’est inadmissible. Ils ont symbolisé la mort et l’enterrement du président Azali avec un cercueil. C’est acte qui doit être condamné par tous. Ils sont allés très loin.

Ils sont prêts à faire couler le sang des Comoriens…

3 commentaires sur Un seul mot pour qualifier ce qui s’est passé à Marseille, de la barbarie

  1. C’est qui le guignol qui a écrit cet article , il faut pas se cacher derière un clavier d’ordinateur pour écrire des aneries pareils . La mort souhaité d’Azali par le peuple comorien sera une délivrance . Cet imbécile croit que le fait qu’Azali tue des innocents et emprisonne c’est pas de l’abomination , c’est propre à l’islam , imbécil que tu es . Azali a les mains entachée du sang des innocents comoriens , il est dans le marge des principes de l’slam , et vouloir à tout pris sa mort c’est plus qu’une bénédiction divine , car c’est tout un peuple , tout un peuple qui serait délivré de la main d’un Kafi ( Mécréant ) .

  2. vous dites qu’il n’y a pas de résultat depuis que la diaspora manifeste,…mais si les comoriens ne manifestent à Moroni, c’est parce que il y a les armes qui tuent et bientôt les comoriens comprendront qu’il y a dans leur pays une dictature militaire et ils le découvriront rapidement.

  3. A défaut de pouvoir combattre Azali sur le plan des idées et sur le plan juridique, il le tue et l’enterre symboliquement. Il me plait à penser que la lutte continuera….Après la cérémonie funéraire, il y aura les hitima et les arbqyini,soit 40 semaines de manifs sans résultat. Toujours le statu quo

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*