Une alternance politique réussie ,mais riche en rebondissements

La cour constitutionnelle  a validé les résultats  définitifs des élections présidentielles de 2016 pour le successeur d’IKILILOU pour un mandat de cinq ans .Les  trois  candidats engagés pour le  second  tour présidentiel à savoir Mohamed ALI    SOILIHI  en tête  suivi de  MOUGNI  Baraka ,et AZALI en troisième position ont passé ce deuxième  tour avec calme et sérénité  ; Mohamed SOILIHI censé être éliminé au  premier tour et sauvé par le système de fraude minutieusement orchestré par  MSAIDIE  ministre de l’intérieur  en même tant  numéro  deux  du  candidat du  pouvoir , du  jamais vu dans une  vraie démocratie d’être à la  fois  candidat à  une élection présidentielle en utilisant les moyens de l’Etat et  le soir du scrutin revêtir le  tablier du  ministre de  l’intérieur pour  superviser les élections .Cette fraude  maquillée en  résultats acceptables  a  permis Mohamed ALI SOILIHI  d’être  adoubé  comme  candidat  favori du  pouvoir avec  le  soutien du  président sortant IKILILOU  et  son  agent  double Boléro chargé  de la  défense  et qui a  fait fausse route  au  dernier moment  au  tandem Mamadou / Msaidié pour  préparer en coulisse le  retour  de son mentor AZALI ; cette double casquette de Boléro a  été  utile pour IKILILOU pour mieux  préparer une remise du pouvoir de manière honorable , mais aussi  de rester fidèle à  son parti et à titre de rappel  sa mission  initiale est de torpiller le retour de SMBI au pouvoir, sur ce point il a raté car sans l’alliance CRC et DJUWA  AZALI ne  pourra pas  gagner.

Cette  alternance  réussie pour le  revenant AZALI , dont le  pouvoir ne s’attendait  pas à  cette  victoire  surprise ,mais cette élection est  terminée  en  eau  de  boudin pour Mohamed  SOLIHI  et  MSAIDE . Premier  rebondissement  qui  va  rester  dans  l’histoire politique  des  Comores ,  on  s’assoit  sur  la  constitution et  le  code  électoral pour  créer un  troisième tour  pour  faire  plaisir  au  tandem Mohamed  SOILIHI  MASAIDIE placé  en deuxième  position  soutenus  officieusement par  les  lobbys –pro-européen  alors  qu’il y a  eu   une  jurisprudence en  2002  pour  des  bureaux  de  vote  saccagés à  en Anjouan et  à  Moroni ; ce  manque  de  respect  de  la  constitution et  du  code  électoral  comorien   décrédibilise le  pays et  fragilise un peu  les  institutions , mais  le  climat  tendu  qui  prévaut  après  la  proclamation des résultats du second tour  donnant  AZALI  vainqueur   oblige le  candidat  déclaré  par  la  CENI de  jouer le  jeu  de l’apaisement      et   d’éviter  une  crise politique ou  un sabordage  des  institutions . On  a  assisté  durant ce  deuxième  tour à  un  bal  de  pantalonnades et  des  alliances  contre  nature , des  hommes  politiques  de  DJUWA ( AHMED DJANFAR , SIDI  AMED BARWANE)  de CRC ( ABDOU  SOEF)ou RIDJA (LARIFOU)  sans  convictions  idéologiques ,ni  principes  politiques  qui  vont  à  la  soupe   du  candidat  du  pouvoir  sûr  de  gagner .

Taraudés  par  la  faim  et  la  misère , ils  ont  mis  de  côté  leur  égo et mis  aux  oubliettes les  attaques qu’ils  ont proféré    contre MSAIDIE et  MAMADOU    au  premier tour  de  ce  scrutin . La  ,politique  du  ventre   a  eu  le  vent  en  poupe  durant  cette  période  ,elle  consiste d’aller  cirer  les  pompes de celui qui aura  le  pouvoir demain ; donc  la  fidélité en politique et les convictions idéologique sont jetées au musée GREVIN .  Enfin  dernier rebondissement  de  cette alternance gagnée  par  le  peuple contre le  candidat  du  système  est  l’engagement des  intellectuels  dans  cette  bataille  électorale . On peut  dire qu’  il  y  a  eu  une  guerre  des  salives .D’une  part  , les  intellectuels qui pratiquent le  prosternement à  l’égard de MAMADOU  et  MSAIDIE  , pas  d’exigence auprès du candidat du pouvoir       sur  les thématiques  touchant  les vraies préoccupations  des  comoriens à  savoir par  exemple le  manque  de l’énergie , de l’eau  ou  l’augmentation de  la  pauvreté à  un  seuil sans précédent , il faut  gober sans discernement   ,ni   esprit  d’analyse de  l’intox , la campagne de l’enfumage sur le Web  ou le slogan bidon du style , le  pays n’est pas  endetté mais  reste  pauvre ; nous  pensons qu’un  candidat  à  une  magistrature de cette  envergure doit  présenter un bilan crédible et tracer un cap  clair pour  les  cinq  prochaines  années ; d’autre  part ceux qui  ne  suivent la ligne  de campagne du  candidat  du  pouvoir i , il  est  étiqueté AZALISTES et  subissent  le  lynchage.

Cette vision manichéenne  de  quelques  intellectuels  durant cette  campagne ne  répond pas  aux  attentes  des  citoyens  comoriens  . Nous estimons que  les  intellectuels  sont  sommés  de  mettre leur  talent  et  leur  notoriété  au  service  des  causes  plus  générales ou  concrètes comme  chez  nous  la  lutte  contre  la  corruption à  toutes  les  échelles  ou  la  défense  de  l’enracinement de  la  démocratie  aux  Comores. Ailleurs , les  intellectuels sont  fréquemment  sollicités  pour  éclairer  le  public  et  donc  peser sur  l’opinion . Ce qui leur est demandé   est  de  la  réactivité  ,  l’adaptation au  temps  court  des  médias  et  une  présentation didactique  de  leur  position . Le triomphe du peuple contre le candidat du  système a  montré la  maturité du  peuple comorien  et c’est aussi  un signal  d’avertissement  à  AZALI  que  le peuple t’a  donné sa  confiance, ça ne  s’achète pas , mais  ça  se  mérite .

Mohamed  IBRAHIM  MIHIDJA

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*