Une audition radiodiffusée sinon rien, exige l’ancien président 

L’ancien président Abdallah Sambi est convoqué par la commission parlementaire dans le cadre de l’enquête visant à faire la lumière sur le programme dit de la citoyenneté économique. Sambi exige pour sa part que son audition soit radiodiffusée pour que la population puisse avoir accès à la vérité. 

Selon une source Comores infos, l’ancien président Sambi ne répondra aux questions de la commission parlementaire si l’audition n’est pas radiodiffusée et publique. Que pensez-vous de cette condition posée par l’ancien président? Il faut juste souligner que la loi le permet. 

3 commentaires sur Une audition radiodiffusée sinon rien, exige l’ancien président 

  1. Depuis l’assassinat de Mongozi Ali Soilihi par les chiens de l’Occident les Comoriens se sont sentis orphelins, et ont en permanence fait le mauvais choix en élisant des guignols affamés sans scrupule à la tête du pays et au service de leurs propres familles et amis.
    Azali , avec son émergence négative a repris là où il l’avait laissé son projet de destruction du peuple Comorien d’ici 2030.
    Je suis Grand Comorien,et je milite pour la continuité de la tournante à Anjouan, puis à Moheli, et nous laisserons la présidence Mohelienne de veiller à ce qu’un autre issu politique soit proposé.
    Les Comoriens ont du mal à supporter Azali jusqu’à 2021 n’en parlons plus si on lui laisse la possibilité de vider nos caisses pendant encore plus d’une décennie. Peuple Comorien , tu es épargné de toute les chances de vivre heureux où tout simplement vivre tant que ce cancre Militaire continu à régner en Maitre sans s’occuper de rien.
    J’invite les députés qui demeurent les fervents représentants du peuple Comorien d’agir comme le fait leur camarade Ali Mhadji , député de Hambou , pour que la probité soit maîtresse de tout engagement . Vive les Comores!

  2. AUCUN CITOYEN COMORIEN NE DUPE DE LA SINCÉRITÉ DE CETTE HISTOIRE.
    Une audition parlementaire peut être publique ou sans caméra ni journaliste. Cependant, dans un domaine sensible comme la défense nationale ou l’intérêt suprême de la nation, les parlementaires décideront de ne pas diffuser l’audition. Cette décision de garder secret l’audition est le fruit d’un pays démocratique où les garants de la justice sont sincères. Mais, si un doute persiste sur la sincérité de cette audition,il est compréhensible que l’ancien président SAMBI soit auditionné publiquement.
    Pour quoi cette affaire préoccupe autant les autorités comoriennes plus même que L’émergence préconisée par le directeur azali assoumani Mougabe ? Il faut dissocier la légitimité et la légalité.
    L’audition d’un ancien président ou une haute autorité de l’État est une procédure récurrente dans un pays démocratique. Car, ceux qui ont conduit les affaires de la cité doivent rendre compte aux citoyens. la différence entre les comores et les démocraties occidentales, le chef de l’État ne doit pas être auditionné puisqu’il dispose sa protection anti audition. En revanche, toute autre personne peut être convoquée à une audition. En cas de refus, des poursuites pénales pourraient être engagées contre celui qui refuse de se présenter.
    Mais, ici la procédure est différente dans la mesure où le politique ne se démêle pas de cette enquête. Il faut dire que nous sommes face à une affaire légale. Car, cette vente fut autorisée préalablement par les représentants du peuple. Il s’agit d’une loi. C’est pourquoi l’ancien président SAMBI n’a aucune crainte. Comme cette affaire engage presque l’ensemble de la classe politique,il est impérativement que l’audition soit diffusée publiquement. D’autant plus que le climat politique laisse perplexe aux citoyens quant à la vérité et l’objectif poursuivi du dictateur local azali assoumani Mougabe. Bref, l’audition doit nécessairement se dérouler sous les yeux indiscrets de l’ensemble des Comoriens.
    Si cette vente est légale, elle n’est pas forcément légitime.
    Nous pouvons dire qu’elle est illégitime aux yeux des Comoriens. Car, la population n’admet pas que des passeports Comoriens se baladent partout. En effet, ces derniers risqueraient de tomber dans un groupe crimel voire mafieux. Là, il paraît nécessaire de faire la lumière sans arrière pensée politique. Il faut souligner que ce qui est légal n’est pas forcément juste. Car, nous avons L’histoire dans la tête du gouvernement de Vichy et celui de Londres. Vichy est légal mais illégitime.Celui de Londres illégal mais légitime.
    Tout cela pour dire que la légalité n’est la légitimité. Cette loi autorisant la vente de citoyenneté économiques est légale.

    Il est nécessaire que cette audition soit rendue publique. Les citoyens ont soif de la vérité afin de tourner la page d’une politique d’émergence qui ne verra jamais le jour.

    • on voit que azali il cache beaucoup de chose au peuple il ne faut pas oublier que apres sambi il y a mamadou ikilou on fait 5 ans donc si sambi avait de probleme dans cette affaire il devait etre interpellé depuis longtemps vu le probleme qui a eu avec le gouvernement ikilou qui a cherché à tout le coté cassé le pied à sambi donc les députés comoriens c est qui devait defendre le peuple si vraiment les députés sont les voies du peuple il parait nécessaire de faire la lumière sans arrire pensée politique donc on devait convoquer ensemble ikilou mamadou sambi azali devant le peuple pour dire la verité vous parlez des assises de 42 ans voila le probleme des comores

Répondre à Mmadi Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*