En ce moment

Une bataille entre candidats alliés de la Mouvance présidentielle

Malgré l’absence de l’opposition aux prochaines élections des représentants de la nation, la bataille pourrait être rude les 19 janvier et 23 février 2019 dans certaines circonscriptions électorales. Entre la Crc, le Radhi et Orange, chacun se prépare pour aller affronter son frère allié. Cependant, la bataille ne concerne pas uniquement ces trois partis, car des poids lourds de la scène politique comorienne sont présents pour espérer la reconnaissance légale de leurs formations politiques.

La chambre constitutionnelle et électorale de la Cour suprême a rendu, le jeudi 5 décembre, la liste définitive des candidats retenus aux élections législatives des 19 janvier et 23 février 2020. Et sans surprise, la course à l’Assemblée de l’Union se jouera entre des candidats de l’Alliance de la Mouvance présidentielle (Amp), dont chaque parti a aligné ses propres candidats. 36 candidats retenus sont issus des quatre partis politiques légalement constitués de l’Amp, à savoir la Crc, le Radhi, l’Orange et le Rdc (tendance Djae, Ndlr).

Les 45 autres candidats restants n’ont aucune filiation politique. Le parti présidentiel est présent avec 21 candidatures, dont 8 à Ngazidja, 9 à Ndzuani et quatre à Mwali. Le parti Orange compte 7 candidatures dont quatre à Ngazidja et trois à Ndzuani. Le Radhi, quant à lui, a aligné sept candidatures sur les 24 circonscriptions électorales, avec trois à Ngazidja, deux à Ndzuani et 2 à Mwali. Et le Rdc (tendance Djaé Ahmada Chanfi) a investi un seul candidat dans l’île de Ngazidja. Ainsi, l’on se demande là où se présentent les enjeux par rapport à la victoire finale des prochaines échéances.

A Mwali, trois des quatre circonscriptions électorales connaitront des vraies confrontations avec des poids lourds de la politique de l’île. Dans la première circonscription de Dewa, la candidate du parti présidentiel, l’actuelle secrétaire d’État chargée du Tourisme, Chamina Ben Mohamed, va croiser le fer face un gourou de la scène politique mohélienne, en la personne de Ben Omar Attoumane Tara. La Crc et le Radhi se retrouveront face à face dans les deuxième et troisième circonscriptions électorales. L’actuel ministre de l’Aménagement du territoire, Abdallah Saïd Sarouma, aura à faire avec Ahmed Omar Avilaza du parti Radhi. Bien que le premier soit un homme de terrain (il a été à plusieurs reprises, élu pour représenter cette région au parlement), son adversaire n’est pas à prendre avec légèreté puisqu’il pourrait bousculer le «Coach». Dans la région de Mledjele, Anfani Hamada Bacar de la Crc et Achafion Abdillah Toibibou du parti Radhi s’affronteront dans un match à un seul tour.

Une campagne électrique
A Domoni I

A Ndzuani, les prochains jours seront mouvementés dans certaines circonscriptions électorales, car la Crc, le parti Orange et le Radhi croiseront le fer. Dans la huitième circonscription électorale, un match Crc-Orange se jouera les 19 janvier et 23 février prochains entre Soiladine Salim de la Crc et Kamardine Soilihi du parti Orange. Dans la région Cuvette, une confrontation Crc-Radhi se profile à l’horizon entre Mounia Ahamadi qui porte l’étiquette du Radhi et l’ancienne ministre des Sports Ladaenti Houmadi qui représente le parti au pouvoir.

Mais la plus grande rencontre de la saison se jouera dans la 10ème circonscription électorale de Domoni I, où les trois grands partis de l’Amp ont aligné leurs propres joueurs. Entre Ibrahim Mohamed Hanif du Radhi, Hoistoi Thoueni Saïd du Orange, l’ancien ministre de l’Education, Salim Mohamed Abderemane de la Crc et l’actuel coordonnateur de l’action gouvernementale à Ndzuani, Nourdine Midiladji, personne ne pourrait parier un centime sur le vainqueur d’une telle annonce. La douzième circonscription électorale de Nyumakelé 1 annonce également une rencontre ardue, qui se jouera entre l’enfant de la région, Halidi Abdermane, le candidat du pouvoir, Mohamed Ahmed Saïd, et celui du parti du ministre en charge des élections (Orange), Abibou Ben Mahamoud.

A Ngazidja, les dés sont jetés pour la conquête du palais de Hamraba. Crc, Radhi et Orange, chacun sort son artillerie et s’apprête à se lancer dans la campagne électorale. Dans la capitale, les confrontations se joueront au nord, où la Crc, le Radhi et le parti Orange ont présenté chacun un candidat. Mais il faut en outre compter les candidatures de certains poids lourds qui se lancent à la course. L’ancien président de l’île autonome de Ngazidja, Mze Soulé Abdou Elbak, se disputera le siège de Moroni Nord avec l’actuel directeur général de la Sonelec, candidat de la Crc, Abdou Saïd Mdahoma. Il y a également l’actuel secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Mohamed Ahmed, qui porte les couleurs du parti Radhi, ainsi que Kassim Ibrahim, investi par le parti Orange, lequel parti détient la deuxième place, en électorat, dans la capitale après le parti Juwa absent à ce scrutin.

Une annonce Crc-Radhi-Orange
dans le Nguwengwe

La 19ème circonscription électorale d’Itsandra Sud annonce une bataille intéressante, car le Radhi et le parti Orange se réservent un combat de terrain. Mais il y a également, «le candidat déguisé du parti Crc», Soilihi Abdou (Matassa) qui, malgré son étiquette d’indépendant, fait partie des personnalités proches du secrétaire national du parti. La région de Mitsamihuli-Mbude, représentée par 4 candidats indépendants, fait partie des régions où la campagne électorale s’annoncent houleuses. Entre le candidat soutenu par l’Amp et la Crc, Mohamed Ahamada Baco, natif de Wela ya Mitsamihuli, deuxième grande ville de la région, et celui issu de Mitsamihuli (Mdjini), Chamsoudine Soulé, les amateurs de la politique ont de quoi à se régaler dans les prochains jours.

Dans la circonscription électorale d’où vient le chef de l’Etat, la Crc reste dans ses gardes. Avec seulement deux candidatures, le risque d’une défaite plane sur le ciel de Hambu car le parti présidentiel a choisi une candidate peu connue, en la personne de Dawiat Mohamed. Elle fera face à un candidat indépendant, mais qui présente des atouts non négligeables. Militant dans les mouvements associatifs, Saïd Attoumane est connu dans toute la région pour avoir milité, des années durant, en faveur de l’éducation de ses petits frères. Natif de Bangwa la Hambu, cet ancien enseignant, a de quoi à s’appuyer pour espérer son élection les 19 janvier prochain.

Le Mbadjini-Ouest fait partie des régions qui seront également animées par une campagne électrique, avec une confrontation Crc-Radhi-Orange. Puisque ces trois partis feront face à trois autres candidats indépendants, issus de la même moule politique, c’est-à-dire de l’Alliance de la mouvance présidentielle. L’opposition ayant préféré ne pas prendre part malgré «la main tendue» du chef de l’État et son gouvernement.

Ali Abdou / Alwatwan

La Rédaction

1 commentaire sur Une bataille entre candidats alliés de la Mouvance présidentielle

  1. Foutaises d’Alwatwan dit Al wawa , reveillez vous bandes d’idiots , au lieu de faire un vrai travail digne dun métier de journalisme mais vous faites le leches botisme de l’état , vous faites honte . Vous parlez des éléctions à avenir comme si c’est du vrai , comme si c’est vraiment une éléction démocratique . Au nom du tout puissant Allah Vous serez tous vaincus par des malédictions ainsi que votre gourou du mort vivant azali , vous creverez tous par des maladies AVC pour que l’état comorien retrouve la paix et la stabilité ,bande de chien galleux et complice du mort vivant azali .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*