Une bonne impression de l’avis général

​De l’avis des participants la cérémonie du 41ème anniversaire de la proclamation de l’indépendance des Comores s’est bien déroulée. Une célébration qui n’a été émaillée par aucun incident contrairement aux trois dernières années.

Les réactions sont unanimes sur le déroulement de la cérémonie marquant le 41ème anniversaire de l’accession des Comores à l’indépendance, la « fête s’est bien passée », comme l’a indiqué le député Tocha Djohar. L’élu de la région d’Itsandra sud qui a apprécié le calme qui a régné du début à la fin de la cérémonie, contrairement aux trois dernières années où l’arrivée et la sortie surtout de l’ancien raïs Ahmed Abdallah Mohamed Sambi constituait une véritable casse têtepour le service de sécurité et celui du protocole d’État.

« J’ai bon espoir que les choses changent », a-t-il indiqué, appréciant à leur juste valeur les chants engagés entonnés par les militaires, dénonçant la corruption et la mauvaise gouvernance.

Même réaction pour Fahmi Said Ibrahim. Le ministre d’État, garde des sceaux, ministre de la justice, des affaires islamiques, des administrations publiques et des droits humains qui a refusé de commenter l’absence très remarquée de l’ancien président Ikililou Dhoinine. Il préfère laisser plutôt le soin à la population d’apprécier ou pas l’absence de certaines autorités. « Ça m’aurait fait plaisir de voir  les deux anciens président s’asseoir au coté du nouveau président Azali Assoumani », a-t-il fait savoir.

« La fête s’est bien passée. C’est le grand moment où le peuple se rassemble », a apprécié un diplomate rencontré sur place. « Laparticularité c’est la coïncidence avec la fête de l’aid el-fitre, c’est pour cela que j’ai tenu à être là parce que c’est vraiment rare », a-t-il ajouté.

Pour Mohamed Abdoulwahabi ancien président de l’île de Ngazidja, il dit avoir le sentiment qu’ « on a eu à gagner de la maturité » pour l’organisation d’un tel événement. Appréciant au passage lui aussi le calme qui a régné et l’esprit de patriotisme qui a animé la cérémonie. Et lui d’espérer que les choses puissent continuer ainsi.

La seule fausse note est, il est vrai, est l’absence injustifié du prédécesseur d’Azali Assoumani, Dr Ikililou Dhoinine pour sa toute première fête nationale dans ses habilles d’ex-chef d’Etat devenu citoyen ordinaire.

Maoulida Mbaé/LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*