Une énième affaire de détournement éclabousse la Snpsf

wpid-screenshot_2016-05-04-11-47-10-1.png

Le dossier vient d’être confié à un juge d’instruction et une détention provisoire a été ordonnée depuis vendredi. L’information judiciaire ainsi ouverte permettra de déterminer le montant exact du préjudice et de connaitre quand est-ce que cette évaporation d’argent a commencé.

image

La Société nationale des postes et services financiers (Snpsf) est encore une fois secouée par un énième scandale financier d’un montant de l’ordre de 158 millions de francs comoriens. La malversation semble avoir été perpétrée par un des hauts cadres de la banque postale du nom de Daouk Rachid. Selon une source proche du dossier, l’évaporation de ces 158 millions de fc a été constatée suite à une enquête interne.

«Ce sont les agents de l’entreprise qui ont constaté qu’il y avait un trou de plusieurs millions. Cette affaire n’est pas comparable à celle de 2011 où il fallait attendre les conclusions d’un audit interne pour découvrir que la Snpsf était victime d’un détournement de fonds», précise notre source.

Aussitôt cette nouvelle affaire connue, l’auteur présumé du détournement a immédiatement fait objet d’une enquête. Il a ensuite été placé en garde à vue de 24 heures avant de comparaitre vendredi devant le parquet de la République.

Le dossier vient d’être confié à un juge d’instruction et une détention provisoire a été ordonnée depuis vendredi. L’information judiciaire ainsi ouverte permettra de déterminer le montant exact du préjudice et de connaitre quand est-ce que cette évaporation d’argent a commencé.
Il faut dire que ce n’est pas la première fois qu’un scandale financier éclabousse l’entreprise publique.

En 2011, elle a été victime d’un détournement de plus de 568 millions de fc. L’informaticien et des receveuses de la société y ont été impliqués. Deux ans plus tard, la banque postale a de nouveau été frappée par une affaire de fuite d’argent déguisée en braquage ayant entrainé la perte de plus de 18 millions de francs comoriens.

Mariata Moussa/Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*