Une étude pour faciliter l’accès au crédit des associations de pêcheurs

La Direction générale Ressources halieutiques à travers le Projet SWIOFish1 a organisé hier matin un atelier de restitution des travaux sur l’étude d’accès au crédit aux associations des pêcheurs comoriens. Cet atelier a pour but de montrer aux associations des pécheurs comoriens comment faire pour avoir l’accès au crédit dans les réseaux Mecks et les Sanduk des Comores.

La Direction Générale Ressources Halieutiques à travers le Projet SWIOFish1 a mené des travaux relatifs à l’accès au crédit des associations des pêcheurs comoriens. Le travail a commencé depuis le mois d’Avril dernier et c’est le BCCM qui était chargé de faire l’étude. « Il y a déjà cinq mois qu’on travaille avec les réseaux Meck et les Sanduk des Comores sur cette étude et voir comment aider les pêcheurs à s’épanouir dans leur métier », a fait savoir Hadji Hassani, expert en Micro-finance. Cette étude concerne vingt-sept associations des pêcheurs dans notre pays et a comme objectif de les aider et les initier aux méthodes et facilités pour avoir accès au crédit des les réseaux mutualistes Mecks et Sanduk des Comores.

Evoquant l’accès au crédit, cet expert en microfinance a aussi parlé de l’acquittement du crédit. « Les associations des pêcheurs doivent savoir que une fois créditer, elles doivent à leur tour rembourser le crédit », montre-t-il, avant de préciser que « durant notre étude, on a détecté que parmi les membres des pêcheurs, certains ne paient pas leurs dettes. On a remarqué que c’est un manque d’organisation et une mauvaise gestion du crédit. C’est par ces motifs qu’on a organisé cet atelier afin d’expliquer aux pêcheurs comment avoir accès au crédit et comment pouvoir s’acquitter de sa dette ».

Dans un premier temps, l’étude concernait les associations des pêcheurs comoriens mais compte aussi aider les autres comme les fabricants de poisson fumé. « Ce n’est pas seulement les pêcheurs qu’on doit aider pour obtenir du crédit, mais on doit aussi appuyer les producteurs de poisson fumé », conclut-il.

Nassuf Ben Amad (Stagiaire) / LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*