Une organisation ségrégationniste Mahorais refuse la condamnation d’une mahoraise coupable de délogement illégal

Lors de la vaste campagne de décasage des Comoriens des autres îles qui se trouvaient à Mayotte, un cas avait retenu l’attention. La dame Salama avait délogé illégalement Madame Mounira une  comorienne des autres îles qui était pourtant en situation régulière. La propriétaire avait dépêché des malfaiteurs et des voyous pour saccager la maison, sa propre maison afin d’accuser la locataire au fin de l’expulser. Saisie, la justice de Mayotte vient de condamner la propriétaire à 6 mois de prison avec sursis et 13 000 euros de dommages et intérêts au profit de la victime. Sauf que le Codim (coordination pour la défense des intérêts de Mayotte) ne l’entend pas de cette oreille. Cette association séparatiste et antisémitisme menace de reprendre les hostilités si la mahoraise est condamnée. Avant même le verdict, le palais de justice était pris d’assaut et il a fallu la présence de l’armée pour que la séance se déroule normalement en dehors d’une cinquantaine de frustrés qui manifestaient dehors. Tout ceci explique tout cela puisque Marine Le Pen a fini en tête de l’élection présidentielle française du coté de Mayotte.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*