Une plainte contre l’Etat français pour que l’Etat de droit soit respecté à Mayotte

Plus d’un millier de personnes ont été expulsées de leur domicile ces dernières semaines par des collectifs d’habitants à Mayotte, de manière complètement illégale et avec la passivité complice des autorités françaises.

Ces exactions ont commencé le 20 décembre 2015 et se sont poursuivies les mois suivants selon le même mode opératoire ; un « collectif d’habitants » fixe un ultimatum aux propriétaires afin qu’ils expulsent les « étrangers » à qui ils louent leur habitation. Puis, à une date annoncée à l’avance par le collectif et communiquée aux autorités, les habitants sont expulsés violemment et les habitations saccagées et brulées.

image

Des centaines de personnes se retrouvent aujourd’hui sans domicile fixe, isolées, traumatisées, des enfants ont été déscolarisés et ce, dans un pays censé garantir les droits de l’homme.

Le week end du 28 avril ainsi que le 5 juin, il a déjà été annoncé des expulsions arbitraires sans qu’à ce jour les autorités n’aient pris de mesures.

C’est pour toutes ces raisons que j’ai déposé aujourd’hui un recours en urgence devant le tribunal administratif de Mayotte afin de contraindre l’Etat à protéger les habitants. Je demande à ce que les libertés fondamentales d’intégrité humaine et de sécurité sur un territoire administré par la France soient garanties et respectées.

Je suis prêt à aller devant le Conseil d’Etat dans une dizaine de jours, si le tribunal administratif de Mayotte refusait de contraindre le préfet à faire respecter l’Etat de droit.

Il ne peut y avoir des citoyens français de seconde catégorie. La passivité des autorités à Mayotte est incompréhensible et indigne de notre pays.

Ne pas agir équivaudrait à cautionner ces actes barbares.

Saïd AHAMADA
Adjoint au Maire du 8e secteur
de Marseille
Tel : 06.15.91.04.41

2 commentaires sur Une plainte contre l’Etat français pour que l’Etat de droit soit respecté à Mayotte

  1. yeka ye mara ndrazi wo djawe, fikira zawukolo ndo waminiwo na wusudjudiya yemwendza nvu ndo shewo shahaho, basi karina wuparo uwona yezi…ngapvo wanantsi watiti harimwa ye duniya wahundra zehaqi zahawo no kwatsina masoroda.

  2. LA BASSESSE DES DIRIGEANTS POLITIQUES COMORIENS.
    Les politiciens sont nuls et menacent l’avenir des comoriens.

    Il faut dire que d’année en année, la question de Mayotte fait toujours surface. Il faut d’abord rappeler que notre diplomatie est de piètre qualité.

    Pour commencer, le vrai problème est à chercher dans l’origine de l’arrivée au pouvoir des présidents comoriens. Sachons, que tous les présidents comoriens anciens ou nouveaux, y compris Azali ont contribué à la vente de Mayotte contre pouvoir.
    Donc, aujourd’hui, ne soyons pas surpris de voir les Mahorais humiliés leurs voisins.
    Il faut souligner que notre diplomatie est en mauvaise état. Ceux qui incarnent cette dernière n’ont pas la subtilité intellectuelle et le langage diplomatique pour montrer au monde entier ce qui se passe dans l’archipel. Aujourd’hui, nous assistons à une politique spectacle du colonel Azali. Ce président nouvellement élu, n’a pas envi de parler d’un dossier brûlant tels que celui de Mayotte. Ce dossier est très sensible et que tous les présidents comoriens, anciens ou nouveaux en étaient convaincus. D’autant plus que le président élu a contribué à l’éloignement un peu plus de l’ile de Mayotte. Ces erreurs sont commises et aujourd’hui, nos concitoyens sont entrain de payer le pot-cassé.

    Par ailleurs, les bruits selon lesquels Azali a contribué à la départementalisation de Mayotte ne sont pas dénués de tout fondement. C’est ainsi qu’en 2005, Azali a demandé à L’ONU de retirer la question de Mayotte dans l’ordre du jour des Nations-Unies. Or, Mayotte, partout est considéré comme un territoire occupé. Preuve en est la CGT( confédération générale des travailleurs)a refusé catégoriquement l’affiliation des syndicats Mahorais , car les statuts cégétistes condamne ce qu’il considère comme une occupation.
    D’ailleurs, lors du récent congrès de la CGT à Marseille, Mayotte a pris la parole au nom des syndiqués Mahorais.

    En revanche, sachons que rien ne pourra se faire sans la France. C’est elle qui tient la clé des Comores. D’abord, elle maitrise parfaitement notre pays et nos dirigeants. C’est elle qui les dicte. Bien sûr que chacun a ses intérêts à défendre. Donc, ouvrons, un dialogue constructif pour sortir dans l’impasse.

    Il faut souligner que la France est le 5er puissance mondiale. elle doit défendre ses intérêts et elle est aussi en position de force. Alors, vous, dirigeants ne mentez pas aux comoriens. Les politiques, les anciens étudiants comoriens en France tous disposent de la nationalité française. Certains profitent la générosité Française, notamment Azali qui a investi massivement en France. Vous savez tous que rien ne se fera sans une négociation parfaite avec la France. Qu’on le veuille ou pas, nous n’avons pas une armée, ni une diplomatie forte pour libérer Mayotte.

    Bref, une main qui se pliera jamais pas quand on l’attrape, on l’embrasse.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*