Une première en Afrique : le Nigéria fixe un revenu minimum pour les pauvres

Octroyer 25 dollars par mois à des pauvres qui vivaient avec moins d’un dollar par jour. C’est le pari du Nigéria, qui vient de lancer la première phase de son revenu mensuel minimum aux plus démunis. Le programme est la concrétisation d’une vieille promesse électorale de Muhammadu Buhari. Un million de bénéficiaires devraient toucher cette aide mensuelle en 2017. Ils seront 5 millions dans quatre ans !

Sortir un million de pauvres de l’extrême pauvreté dans un pays comptant 180 millions d’habitants, le plus peuplé d’Afrique. A priori, en concrétisant cette vieille promesse de campagne, le président nigérian Muhammadu Buhari donne un coup d’épée dans l’eau dans ce pays qui compte plus de 50 millions de pauvres vivant avec moins d’un dollar par jour.
25 dollars par mois pour ceux qui vivaient avec moins d’un dollar par jour
Mais à y voir de plus près, c’est une véritable dynamique de lutte contre la pauvreté que le Nigéria vient d’amorcer. La première puissance d’Afrique vient de lancer pour l’année 2017, l’octroi d’un revenu minimum aux personnes les plus démunies du pays.
Les opérations d’enregistrement, organisées dans les localités les plus reculées du Nigéria, pays vaste de près d’un million de kilomètres carrés. Il s’agit d’identifier et d’enregistrer dans un fichier numérisé et centralisé, les bénéficiaires des 25 dollars que le gouvernement leur versera chaque mois.
Dans la suite de la procédure, les personnes déjà enregistrées se voient automatiquement ouvrir un compte bancaire sur lequel ils recevront leur « per diem » mensuel. Un SMS envoyé par la suite viendra confirmer l’effectivité du virement effectué par l’Etat central, bien décidé à combattre la pauvreté.
Dans un rapport publié en 2012, le Bureau national des statistiques (NBS) du Nigéria estimait à l’époque que près de 60% des 160 millions de la population nigériane (en 2012) vivaient avec moins d’un dollar par jour. Pourtant, le Nigéria s’est appuyé sur sa place de premier producteur de pétrole du continent pour se hisser à la première place des puissances africaines.
5 millions de pauvres auront le revenu minimum en 2021
Victime de la « malédiction des richesses », le pays gangréné par la corruption, aux prises avec la criminalité transnationale organisée et les groupes extrémistes armés, a du mal à amorcer un partage des richesses nationales entre ses 200 habitants par kilomètre carré. Résultat, le pays évolue à deux vitesses entre une minorité parfois extrêmement riche et une majorité souvent extrêmement pauvre.

A ce titre, il convient de rappeler cette définition du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). « Une personne vit dans la pauvreté extrême si elle ne dispose pas des revenus nécessaires pour satisfaire ses besoins alimentaires essentiels ».

Conscient de la situation de son pays, Muhammadu Buhari alors candidat à la présidence avait fait de la lutte contre la pauvreté son cheval de bataille. La mesure la plus forte avant son élection en mai 2015 est l’annonce d’un revenu mensuel garanti pour les personnes les plus pauvres du pays.
Lire la suite sur
Mais à y voir de plus près, c’est une véritable dynamique de lutte contre la pauvreté que le Nigéria vient d’amorcer. La première puissance d’Afrique vient de lancer pour l’année 2017, l’octroi d’un revenu minimum aux personnes les plus démunies du pays.
Les opérations d’enregistrement, organisées dans les localités les plus reculées du Nigéria, pays vaste de près d’un million de kilomètres carrés. Il s’agit d’identifier et d’enregistrer dans un fichier numérisé et centralisé, les bénéficiaires des 25 dollars que le gouvernement leur versera chaque mois.
Dans la suite de la procédure, les personnes déjà enregistrées se voient automatiquement ouvrir un compte bancaire sur lequel ils recevront leur « per diem » mensuel. Un SMS envoyé par la suite viendra confirmer l’effectivité du virement effectué par l’Etat central, bien décidé à combattre la pauvreté.
Dans un rapport publié en 2012, le Bureau national des statistiques (NBS) du Nigéria estimait à l’époque que près de 60% des 160 millions de la population nigériane (en 2012) vivaient avec moins d’un dollar par jour. Pourtant, le Nigéria s’est appuyé sur sa place de premier producteur de pétrole du continent pour se hisser à la première place des puissances africaines.
5 millions de pauvres auront le revenu minimum en 2021
Victime de la « malédiction des richesses », le pays gangréné par la corruption, aux prises avec la criminalité transnationale organisée et les groupes extrémistes armés, a du mal à amorcer un partage des richesses nationales entre ses 200 habitants par kilomètre carré. Résultat, le pays évolue à deux vitesses entre une minorité parfois extrêmement riche et une majorité souvent extrêmement pauvre.

A ce titre, il convient de rappeler cette définition du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). « Une personne vit dans la pauvreté extrême si elle ne dispose pas des revenus nécessaires pour satisfaire ses besoins alimentaires essentiels ».

Conscient de la situation de son pays, Muhammadu Buhari alors candidat à la présidence avait fait de la lutte contre la pauvreté son cheval de bataille. La mesure la plus forte avant son élection en mai 2015 est l’annonce d’un revenu mensuel garanti pour les personnes les plus pauvres du pays.
Mais à y voir de plus près, c’est une véritable dynamique de lutte contre la pauvreté que le Nigéria vient d’amorcer. La première puissance d’Afrique vient de lancer pour l’année 2017, l’octroi d’un revenu minimum aux personnes les plus démunies du pays.
Les opérations d’enregistrement, organisées dans les localités les plus reculées du Nigéria, pays vaste de près d’un million de kilomètres carrés. Il s’agit d’identifier et d’enregistrer dans un fichier numérisé et centralisé, les bénéficiaires des 25 dollars que le gouvernement leur versera chaque mois.
Dans la suite de la procédure, les personnes déjà enregistrées se voient automatiquement ouvrir un compte bancaire sur lequel ils recevront leur « per diem » mensuel. Un SMS envoyé par la suite viendra confirmer l’effectivité du virement effectué par l’Etat central, bien décidé à combattre la pauvreté.
Dans un rapport publié en 2012, le Bureau national des statistiques (NBS) du Nigéria estimait à l’époque que près de 60% des 160 millions de la population nigériane (en 2012) vivaient avec moins d’un dollar par jour. Pourtant, le Nigéria s’est appuyé sur sa place de premier producteur de pétrole du continent pour se hisser à la première place des puissances africaines.
5 millions de pauvres auront le revenu minimum en 2021
Victime de la « malédiction des richesses », le pays gangréné par la corruption, aux prises avec la criminalité transnationale organisée et les groupes extrémistes armés, a du mal à amorcer un partage des richesses nationales entre ses 200 habitants par kilomètre carré. Résultat, le pays évolue à deux vitesses entre une minorité parfois extrêmement riche et une majorité souvent extrêmement pauvre.

A ce titre, il convient de rappeler cette définition du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). « Une personne vit dans la pauvreté extrême si elle ne dispose pas des revenus nécessaires pour satisfaire ses besoins alimentaires essentiels ».

Conscient de la situation de son pays, Muhammadu Buhari alors candidat à la présidence avait fait de la lutte contre la pauvreté son cheval de bataille. La mesure la plus forte avant son élection en mai 2015 est l’annonce d’un revenu mensuel garanti pour les personnes les plus pauvres du pays.
Lire la suite sur http://lentrepreneuriat.net/

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*