Une rupture de stock des « Mabawa » est dans les tuyaux

Est-ce une conséquence du scandale Brésilien de la viande avariée toujours est-il que ces derniers jours, les ailes de poulets se font rares et les rares qui en sont détenteurs ont revu le prix du kilogramme à la hausse. Que ce soit les « brochetiers » ou les ménages, il devient très difficile de mettre la main sur ces ailes très prisées par les Comoriens. Pourtant, les services d’inspections de l’Inrap chargés de veiller à la sécurité des aliments n’ont pas jugés utiles de se pencher sur l’importation du poulet qui provient du Brésil. Selon eux, les entreprises brésiliennes mises en causes ne traiteraient pas avec les importateurs Comoriens. Pourtant on se souvient que dernièrement, un camion transportant des dizaines de cartons de poulets inconsommables a été pris d’assaut par certaines personnes. L’Inrap continue d’estimer qu’aucun danger ne guette le Comorien alors que les pays développés ont tous suspendus l’importation de la viande brésilienne. En plus des ailes et de la viande, on assiste ces derniers jours à l’inondation des rues par les marchands de boissons canettes dont les dates d’expiration sont imminentes.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*