En ce moment

Urgent : un cas mortel d’ébola est signalé aux Comores

Selon le média IPREUNION, aux Comores, « un cas mortel de fièvre hémorragique à virus Ebola se superpose à une explosion de l’épidémie Covid-19 fortement suspectée d’être induite par une circulation conséquente du variant 501.V2, dit « sud-africain » ». Selon toujours le média, cette situation fait des îles de la lune le centre névralgique de la menace épidémique dans les Mascareignes. Selon les informations d’Imaz Press, cela arrive au moment où La Réunion reçoit par vol sanitaire ses deux premiers présumés porteurs du variant 501.V2. Les malades sont hospitalisés au CHU. Interrogé sur le sujet au ours de la conférence de presse qu’il a tenu vendrdi soir le préfet a indiqué : « il est encore prématuré de dirent que deux patients sont porteurs du variants sud-africains ». Des analyses sont en cours « il n’y a pas de confirmation à ce stade » a-t-il ajouté (Photo rb/www.ipreunion.com).

Ainsi, les Comores se trouvent-elles dans une situation sanitaire critique, en ce sens que l’épidémie y est en phase d’expansion ; Mohéli est coupée du monde, fermée, avec en date d’hier entre 15 et 20 morts enregistrés. « Aux Comores il serait extrêmement difficile de lutter efficacement contre une telle épidémie qui impose des précautions anti-infectieuses extrêmement sévères. Depuis 2015, on peut néanmoins combattre efficacement le virus Ebola pour peu que l’on dispose rapidement des vaccins nécessaires. La dernière épidémie en date (août 2018 et juin 2020), dans le Nord-Ouest de la République démocratique du Congo (RDC), s’est terminée avec un bilan de 2.287 morts pour 3.470 cas identifiés. En Afrique de l’Ouest, entre 2013 et 2016, le virus avait causé plus de 11.000 décès sur environ 29.000 cas confirmés ».

Source et intégralité de l’article  http://www.ipreunion.com/coronavirus/reportage/2021/01/15/crise-sanitaire-deux-porteurs-du-variant-su-africain-au-chu-un-cas-mortel-d-ebola-aux-comores-mayotte-et-la-reunion-en-alerte,129728.html

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*