Vandalisme au sommet du Karthala : Le cri d’alarme d’Arnaud Lemarchand

Les stations d’observation de l’activité du volcan Karthala sont de plus et plus vandalisées. Une remarque faite par Arnaud Lemarchand directeur technique des observations volcaniques de l’institut de physique du globe de Paris, en mission depuis plus d’une semaine à Moro

ni. Il met en garde contre le risque de perdre les données qui permettent de suivre à la minute près l’activité de ce volcan toujours actif.Au cours d’une rencontre avec la presse, Arnaud Lemarchand s’est indigné contre les actes de « vandalisme de plus en plus fort et radical » que subissent les stations d’observation du volcan Karthala. Après les vols des batteries et des panneaux solaires qui alimentent ces stations, les « vandales s’en prennent, cette fois aux cartes électroniques et les cassent sans motifs », s’étonne ce technicien de l’observatoire des volcans.Ce qui le « scandalise », a-t-il poursuivi, c’est la « destruction des efforts collectifs, tripartites entre la Réunion, la Fournaise à Paris et le CNDRS à Moroni ». Pour lui, les conséquences de tels actes, l’oblige à « cacher les appareils au détriment des données ». Et d’expliquer que « plus on les enfouille, plus on perd les données ». Ces actes l’« interpellent » et il s’ « interroge » sur le pourquoi les gens arrivent à un tel extrême ?

A l’entendre, les vandales doivent comprendre que non seulement ces stations sont « une contribution des partenaires pour les comoriens, mais c’est aussi des efforts physiques. Escalader le sommet demande des efforts conséquents. Charger sur le dos des batteries pour monter, est encore plus dure », s’est-il exclamé.

Arnaud Lemarchand pense baliser ces appareils à l’aide d’un géo-localisateur Gps pour parer à des tels actes. « Un GPS qui permettra de suivre le ou les voleurs », a-t-il fait savoir. Mais un système comme celui-là « coûte cher », a-t-il clamé. Selon lui, il est très difficile de « mettre un gardien à chaque station » comme ils le font à Djibouti par l’éloignement des localités et lesdites stations. Pour lui, la sensibilisation reste primordiale à condition qu’elle soit continuelle.

Une idée antérieurement « mise en application par le CNDRS et le COSEP » répond Moussa Moigni Ali apprenti volcanologue de la place. Les responsables de l’observatoire du volcan Karthala pensent réfléchir sur une série de modalités de sensibilisation. Par des simulations d’une éruption, mais aussi par des journées portes ouvertes des écoliers.

Plus de quatre stations d’observations entourent le mont Karthala. Une station sommitale sur la caldeira la plus vandalisée. D’autres à basse altitude dans le village de Nkourani au Sud de Ngazidja, « village exemplaire », se réjouit Arnaud Lemarchand, une station à Nyumbadju, une autre dans la région de Washili et le village de Ntsoralé et enfin celle de Bahani.

C’est depuis 1986 que le réseau de surveillance des activités du volcan est installé, grâce à une convention tripartie entre Moroni, Saint Denis et Paris.

Maoulida Mbaé (HZK-Presse)

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*