Vente des épreuves du bac: le mari de la ministre des transports en garde à vue

Le Directeur National de l’office des examens et concours en Union des Comores, Mohamed BACAR est placé en garde à vue. Il est accusé d’avoir organisé la vente de quelques épreuves du Baccalauréat 2015.

Mohamed Bacar est le mari de la ministre des transports et des télécommunications, Bahia MASSOUNDI.

image
MINISTRE DES TRANSPORTS

2 commentaires sur Vente des épreuves du bac: le mari de la ministre des transports en garde à vue

  1. Pour guerir une plaie il faut tout d’abord savoir sa source.Notre pays à un problème. Sans appronfondir pour bien savoir où est le mal qui ronge qui le ronge on tounera en rond sans jamais trouver une issue de sortie. Je pense que le moment est venu de tout démolir et tout reconstruire.(enough is enough now it’s time to change)

  2. LA FRAUDE AUX EXAMENS EST UNE TRADITION COMORIENNE.

    Les échanges d’épreuves d’examens contre l’argent fait partie de la corruption de notre système bâti par les autorités comorienne. C’est le cas du bac 2015 et les échanges de notes contre des faveurs sexuelles.

    Cette corruption massive qui gangrène hélas, notre société est le fruit lamentable de la gestion de notre patrie. Mais, une partie de cette fraude est compréhensible.

    Tout d’abord, les enseignants comoriens sont des fonctionnaires comme les autres. Leur corruption s’explique par leurs traitements de salaires qui sont très squelettiques. Et cette situation leur rend vulnérable aux penchants naturels. Par exemple, la tentation de vendre les notes contre l’argent.

    Ensuite, Les salaires ne sont pas versés tous les mois et il faudra attendre trois à cinq mois sans le moindre salaire. Ceci, condamne les enseignants à se livrer à des comportements critiquables.

    Enfin, la non considération de ces enseignants est une source de mépris de la filière.

    Toutefois, si les fonctionnaires se livrent à des actes de corruption, c’est parce qu’il y a des causes lointaines et des causes immédiates.

    Pour les causes lointaines, ce sont les carrières qui ne sont pas assurées par les autorités.

    Quant aux causes immédiates, il s’agit des arriérés de salaires que l’état n’arrive pas à honorer à temps.

    Il faut souligner que l’acte de fraude est répréhensible et que personne, même moi nous nous justifions pas ce comportement, mais les conditions ne sont pas réunies pour les enseignants afin de remplir leur devoir.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*