Vers un nouvel opérateur de téléphonie : La privatisation de Comores Telecom est inévitable

Telecom-ComoresLes députés ne sont pas prêts à soutenir le projet de loi relatif à l’ouverture du capital de Comores Telecom.  Un député a déclaré que  «Nous ne voulons pas porter la responsabilité des 1.000 emplois qui seront supprimés. Le gouvernement n’est pas en mesure de fournir les garanties nécessaires du sort des employés».

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Pour  le secrétaire permanent de la cellule des réformes économiques et financières, Oubeidi Mzé Chei  a affirmé  lors d’une conférence de presse que  «La privatisation de Comores Telecom est inévitable. Si le projet de loi est rejeté aujourd’hui, demain la société ne tiendra pas face à la concurrence d’un deuxième opérateur»  et a souligné que «Malgré les gros investissements réalisés dans ce secteur pour rallier le pays à la fibre optique, les nouvelles technologies ne sont pas développées. Seulement 1% de la fibre optique est utilisé par Comores Telecom ».

Pour sa part, le vice-président Fouad Mohadji a déclaré que «Si la privatisation échoue, le gouvernement misera sur un nouvel opérateur».

Et Oubeidi Mzé Chei a mis en garde ceux qui bloquent l’adoption de la loi en soutenant que « Déjà la société a du mal à surmonter la concurrence des cybercafés qui utilisent la voix VOIP pour téléphoner via internet (…) Vous verrez par vous-même, elle ne tiendra pas face à un nouvel opérateur. Sa privatisation est irréversible ».

Le projet de loi relatif à l’ouverture du capital de Comores Telecom propose une ouverture du capital à hauteur de 51% à un investisseur ou un groupe d’investisseurs stratégiques.  Les autres actionnaires seraient le Gouvernement à hauteur de 34% et les employés de CT à 15%.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*