Visite du représentant de l’Union européenne : Près de 25 milliards de francs pour soutenir la pêche et les infrastructures

Le ministre des Affaires étrangères, Souef Mohamed El-Amine, a reçu, vendredi 19 janvier, dans son bureau, le représentant de l’Union européenne (Ue) à Madagascar et aux Comores, Antonio Sanchez-Benedito. Les discussions entre les deux hommes ont porté, entre autres, sur les assises nationales, le domaine des infrastructures ainsi que sur plusieurs dossiers en veille, notamment celui relatif au secteur de la pêche.

 

Une enveloppe de 50 millions d’euros est mise à disposition par l’Union européenne dans le cadre du Fonds européen destiné au développement de l’Union des Comores.

C’est ce qui est ressorti, vendredi 19 janvier, des discussions entre le ministre des Affaires étrangères, Souef Mohamed El-Amine, et l’ambassadeur de l’Union européenne auprès de Madagascar et l’Union des Comores, Antonio Sanchez-Benedito.

Cette enveloppe est censée servir pour les deux prochaines années, soit jusqu’en 2020. Elle va porter sur différents projets identifiés par le programme de développement. Le projet est relatif entre autres, aux infrastructures et à la pêche, un projet  jusqu’ici en veille.

À l’issue des discussions – lesquelles ont notamment portées sur les assises nationales et sur ce que l’Ue peut y apporter – le ministre des Affaires étrangères s’est dit satisfait de cette deuxième visite du représentant de l’Ue depuis qu’il est à la tête des Affaires étrangères. Une visite qui est, selon lui, de “bon augure”.

Interrogé par les journalistes sur le droit de véto émis par l’Union européenne sur l’adhésion des Comores à l’Organisation mondiale du commerce, le représentant de l’Ue a laissé entendre que la question a été abordée lors de sa précédente visite.

“L’Union européenne souhaite et travaille pour une adhésion des Comores à l’Organisation mondiale du commerce. C’est notre objectif partagé”, dit-il. Quant à une éventuelle participation de l’Union européenne au dénouement de l’Affaire Semlex, il a affirmé qu’aucune requête ne leur a été envoyée sur cette question, mais que “l’Ue est toujours ouvert. Si elle en reçoit, elle va l’étudier”.

Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*