«vous êtes la colonne vertébrale de notre pays»

C’est en sa qualité de Chef de l’État mais surtout Chef Suprême des armées que le Président AZALI Assoumani est allé à la rencontre des forces armées comoriennes au camp militaire de Kandani.

Le Président a exprimé toute sa fierté de pouvoir s’adresser directement à ses frères d’armes et a exprimé toute la reconnaissance et la gratitude de la Nation, pour la noble et difficile mission que les forces de sécurité accomplissent au service de notre pays. C’est pourquoi des mesures ont été prises pour satisfaire les besoins quotidiens de l’armée mais aussi pour accentuer le renouvellement et la modernisation des outils de travail.

L’armée, la colonne vertébrale de notre pays

Le Président Djohar disait en parlant de l’armée, « vous êtes la colonne vertébrale de notre pays ».Aujourd’hui plus que jamais les Comores ont besoin d’un colonne vertébrale solide.

Terrorisme, délinquance, menaces de toutes sortes… Qu’elle soit physique, morale ou verbale, l’État, à travers ses institutions a le devoir d’apporter des réponses à tous ces risques. Et les forces de l’ordre et de sécurité en sont le premier rempart d’autant que de nouveaux espaces de violences se multiplient : appels à la violence, appel à la haine…

Les forces de sécurité garantes des libertés individuelles

« La liberté des uns s’arrête là où commence la liberté des autres », a ponctué le Président. En effet, exprimer toutes les opinions, même les plus virulentes et les plus provocatrices, implique que cela ne soit pas contre la Loi ou de nature à troubler l’ordre public.

De plus, les responsables et personnalités publiques, sont comptables devant les générations futures quant à leurs actes mais également leurs paroles car ces paroles participent à l’éducation des plus jeunes.

Les violences contre les forces de l’ordre durement réprimées

« Tout manque de respect, et plus grave encore, toute violence exercée contre les forces de l’ordre, à l’exemple de celles dont nous avons été les témoins ces derniers temps, ne seront plus tolérées ». a martelé le Chef de l’Etat qui souhaite un respect mutuel entre les forces de l’ordre et la population.

Ainsi, tous les auteurs, instigateurs et complices d’atteintes à la sécurité contre les forces de l’ordre et de sécurité, ou contre les citoyens, ne seront plus à l’abri, seront systématiquement recherchés, identifiés, mis à disposition de la justice et jugés selon la Loi.

Tous les efforts du gouvernement pour un retour de Mayotte

La situation qui prévaut à Mayotte depuis quelques mois est la conséquence d’une crise sociale et d’un malaise réel

Ainsi la position du Président et celle du Gouvernement, est d’user de tous les moyens légaux y compris des discussions franches pour le retour de l’ile comorienne de Mayotte, dans son giron naturel, les Comores, mais également pour l’apaisement dans la relation entre notre pays et notre partenaire la France.

Le Président a également salué et remercié l’ensemble des compatriotes (classe politique et société civile) pour la cohésion, la convergence et l’unité, manifestées lors de cette crise.

Mise en œuvre des recommandations des assises nationales

En cet instant solennel, où l’État a engagé une action pour mettre en œuvre les recommandations issues des Assises Nationales, des réformes indispensables, seront menées. Ces reformes doivent permettre à nos institutions, d’assurer la continuité nécessaire, pour conduire le développement durable de notre économie et réussir l’émergence de notre pays à l’horizon 2030.

La bonne tenue du rendez-vous citoyen initié par nos aînés a été possible par la stabilité garantie par nos forces de sécurité. « La bonne conduite des recommandations dépendra aussi de vous ».

Rapport sur la citoyenneté économique : une leçon pour les générations futures et présentes

Le Président a rendu un hommage appuyé au travail accompli par les parlementaires, au premier rang desquels le Président, Docteur Abdou Oussein s’agissant du Rapport officiel de la Commission d’enquête parlementaire sur la citoyenneté économique.

Le Président a donc exprimé tout son engagement et sa détermination à user de tous les moyens légaux afin de donner à ce rapport, la suite qu’il convient pour que cela serve de leçon aux générations présentes et futures ; pour l’intérêt de la Justice et de l’état de droit dans notre pays.

Cour constitutionnelle : une décision nécessaire et conforme à la constitution

Dans le but de palier provisoirement le dysfonctionnement de la Cour Constitutionnelle, le transfert de ses compétences à la Cour Suprême, et ce conformément à l’article 12-3 de notre constitution, a été la décision provisoire à prendre en attendant la mise en œuvre des recommandations des assises.

Et le Président de conclure, « avant-hier j’ai tout fait pour respecter l’État et la Démocratie.

Et ce n’est pas aujourd’hui que le Président de la République de l’Union des Comores, élu à l’issue d’un fameux 3ème tour en 2016,portera atteinte à la démocratie et aux libertés fondamentales ou qui mettra en péril la réconciliation nationale ».

Beit Salam

9 commentaires sur «vous êtes la colonne vertébrale de notre pays»

  1. On n’arrive quasiment jamais à dérober chez un voleur.
    Un voleur connaît parfaitement la façon dont un individu s’introduit chez les gens. En effet, les techniques lui sont familières. C’est ainsi que le despote Azali assoumani Mugabe ne cesse de faire un clin d’œil aux militaires de l’AND. Cette stratégie consiste à les rendre inoffensif afin d’entreprendre ses entreprises de démolition.
    Azali assoumani Mugabe peut-il tomber sur un Samuel doe bis au Liberia ?
    Pour réitérer l’exploit d’un sergent Doe, il faut être libre. Et pour être autonome, il faut accepter des responsabilités. Car, la vie fait que nous sommes appelés à faire des choix.
    D’abord, soit le dictateur Azali assoumani Mugabe continue son chemin de destruction institutionnelle. Dans ce cas, il risquerait d’aller au bout de son projet machiavélique. Soit, un militaire décide de sauver un peuple entier auquel souffre énormément depuis que Azali assoumani Mugabe accède au trône. En tout cas, ce qui est sûr ce n’est pas le colonel de tsidje qui va sauver la République. En effet, il n’a ni le courage ni les bagages pour le faire. Les seules ambitions pour lui, c’est de servir son frère Azali assoumani Mugabe afin d’aller jusqu’à 2030. Il faut dire que toutes les régions ont gouverné une fois où plusieurs, sauf celles D’itsandra. Cette dernière depuis, les wafawoume n’ont pas connu un pouvoir. Car, elle préfère la servitude et l’esclavage. C’est le cas du colonel de tsidje. Il est au service d’un dictateur afin de préserver sa poire. Sachez que prendre le pouvoir aux Comores est un jeux d’enfant. Il suffit d’être responsable et d’avoir une culture d’homme. Or, ces deux éléments manquent aux officiers comoriens. Ces officiers supérieurs entourés de galons de l’épaule jusqu’aux Avants bras sont souvent visibles lors des cérémonies. Or, quand les comoriens ont besoin d’eux pour libérer une population malmenée par un sanguinaire, ils se retranchent chez eux.

    Quelle honte pour ces officiers supérieurs auxquels n’ont jamais montré leur preuve. Ces derniers doivent prendre les pirogues pour aller ramasser les poissons. Car, leurs places ne sont pas dans l’armée.

  2. si aujourd’hui il y a de la dysfonctionnement de la cour c’est acause d’Azali, il a bloqué la séance de serment des conseilles nommer par le gouverneur Anjouanais et Les autres.a propos de la article 12-3, je ne vois nul par là oû le president a l’habilité de prendre de mesure comme celle-ci.
    Article 12-3. –« Lorsque les institutions constitutionnelles, l’indépendance de la nation, l’intégrité de son territoire ou l’exécution de ses engagements internationaux sont menacés d’une manière grave et immédiate, et que le fonctionnement régulier des institutions constitutionnelles est interrompu le Président de l’Union, après consultation officielle du Conseil des Ministres, du Président de l’Assemblée de l’Union et de la Cour Constitutionnelle prend les mesures exceptionnelles exigées par les circonstances. Ces mesures doivent être inspirées par la volonté d’assurer aux institutions constitutionnelles, dans les moindres délais, les moyens d’accomplir leur mission. Le Président de l’Union en informe la Nation par message. L’Assemblée de l’Union se réunit de plein droit. Elle ne peut être dissoute pendant l’exercice des pouvoirs exceptionnels. Elle peut mettre fin à ces pouvoirs exceptionnels par un vote à la majorité des deux tiers des membres qui la composent. »

  3. Je pense que ses tes derniers pas à kandani tu verras jamais ses lieux car tes jours sont comptés bientôt sera ton tour et cette fois ci tu ne seras pas admis à l’ambassade de France donc prépare toi pour ton pire jour.

  4. L’armée nationale de développement est le garant de la République.
    Le putschiste Azali assoumani Mugabe est loin d’être le donneur de leçons, surtout en matière institutionnelle.
    Celui qui a abandonné ses frères d’armes, vient de parler de Djohar. C’est l’hôpital qui se moque de la charité. Notez que dans un pays de droit Azali assoumani Mugabe aurait dû être décapité pour trahison. En effet, pendant que lex président Djohar fut emprisonné à kandani, Azali papa loukmane, se précipita à l’ambassade de France. Quelle honte ! Aujourd’hui, aucun militaire n’ose protéger les institutions en lui faisant comprendre qu’il est rien.

  5. vous avez pas de majorité comment vous pouvez gouverner un pays et comment vous parlez de democratie
    elle est la democratie à une seule voix la television on voit que ce qui vous soutienne j etais vraiment content de votre reelection mais en 2 ans de regne c’est vraiment insupportable vivre aux comores en ce moment c’est etre su ses garde
    votre armée meprise les petits la justice ne fonctionne pas comment vous pouvez dire que la democratie rayonne or celui qui parle et contre vous il est chassé partout la liberté d’expression c’est de dire tout donc changer avant que le peuple ne tourne contre vous

  6. Cette visite en dit long ???, AZALI est entrain de revoir son armée pour leur rappeler que LUI seul » ONE REISH de HILTER » .
    La dictature AZALIENNE est entrain de prendre forme , Pas un seul Comorien n’ osera ouvrir sa bouche pour dénoncer ou défiler sur Paris au Trocadéro pour empécher le danger qui va s’ installer dans l’ union de Comore , mais lorsqu’il s’ agit de Mayotte et des Mahorais , ces hypocrites Comoriens ne tarderont pas une seconde pour verser leur charge , leur venin et traiter les Mahorais de tous les vocabulaires . Bien au contraire vous croyez qu’ en agissant de la sorte nous allons songer un jour nous rapprocher de ces genre d’ espece de mauvais foi, avec des Coeurs rouillés comme du fer .

Répondre à Mmadi Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*