Voyageur de Bangkok : un Mahorais dénonce une usurpation d’identité

C’est assurément un rebondissement dans cette affaire de voyageur arrivé de Bangkok et suspecté d’être un ressortissant comorien cherchant à entrer en France avec un passeport falsifié, selon la police de l’air et des frontières.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Le journal France Mayotte Matin révèle dans son édition d’hier que le nom utilisé sur le passeport falsifié, Amboudadhoi Nahouda, né le 16 juin 1984 à Chirongui (Mayotte), est celui d’un habitant du département. Ce Mahorais dénonce dans les colonnes de France Mayotte Matin l’usurpation d’identité dont il est victime.

« C’était en 2007, je vivais à Bouéni quand j’ai été cambriolé, témoigne-t-il. On m’a volé à l’époque 300 euros et mes papiers d’identité. J’ai immédiatement déposé plainte et signalé la disparition des documents. Et puis plus rien, je n’ai jamais eu de nouvelles jusqu’à ce que j’entende parler de ce gars à La Réunion qui porte mon nom et qui dit être né à Chirongui « .

Selon France Mayotte Matin, Amboudadhoi Nahouda assure être le « vrai » et veut « récupérer sa vie et sa liberté » Il dit avoir appelé la police aux frontières de Mayotte pour signaler sa présence et surtout son existence. « Les policiers l’ont renvoyé vers la caserne de gendarmerie la plus proche à M’Zouazia, dans le sud de l’île, commune de Bouéni. Il les a appelés. Personne n’a jamais décroché. Il a donc contacté la presse pour faire savoir qu’il était », ajoute FMM.

Le voyageur arrivé de Bangkok avec un passeport falsifié au nom de Amboudadhoi Nahouda se trouve toujours en zone d’attente. Son avocat, Me Saïd Larifou conteste cette décision. Comme il s’oppose à un possible reconduite vers les Comores.

Une audience devant le tribunal administratif de Saint-Denis aura lieu mercredi. Une dizaine de ses proches sont venus le soutenir. L’avocat estime que son client doit être remis en liberté pour prouver qu’il n’a pas usurpé l’identité d’un autre

J.T.  Source: clicanoo

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*