​Boudouri : « la liberté d’expression ne signifie pas que tout est permis »

« Pour  relever les nouveaux  défis, les médias ont besoin d’un environnement réglementé,  de balises et d’orientation  dans le sens de l’équité et des droits humains. Car la liberté d’expression ne signifie pas que tout est permis » a déclaré le président du CNPA, Mohamed Boudouri, à l’occasion du premier atelier de concertation sur la mise à jour du cadre légal des médias.
Le régulateur des médias a lancée une serie de concertations à travers le pays en vue de la réactualisation du code de l’information, une initiative parrainée par le ministère en charge de l’Information.

« En assurant un contrôle indépendant du cadre règlementaire, en élaborant des cahiers de charges précis, en sensibilisant les pouvoirs publics sur les politiques publiques susceptibles de relever les nouveaux défis, en impulsant des dynamiques positives rassemblant toutes les forces vives,  en encourageant une participation plus grande du public, le  CNPA assure une mission précieuse » a ajouté M. Boudouri  appelant les acteurs à  préserver la liberté d’expression qui est un acquis précieux en Union des Comores .

Le président du CNPA s’exprimait devant des professionnels des médias, des métiers de la communication et des personnalités de la société civile jeudi 24 aout.

CNPA 

1 commentaire sur ​Boudouri : « la liberté d’expression ne signifie pas que tout est permis »

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*