​Des accusations graves portées contre le ministre de l’intérieur des Comores!

Quelques semaines déjà se sont écoulées depuis  les lourdes accusations portées sur le ministre de l’Intérieur par un certain Moussaoui avec, selon lui, plusieurs preuves à l’appui. Dans un pays de droit,   cela aurait déjà fait l’objet d’une enquête. Dans un pays où les citoyens sont concernés et conscients de leurs droits, l’opinion publique comme la presse  seraient déchaînées. 

  En effet, le ministre comorien  de l’intérieur et de l’information chargé de des relations avec les institutions , porte-parole du gouvernement serait accusé  de cacher plusieurs affaires dangereuses et dramatiques pour la réputation de notre pays à l’origine du terrorisme et  faux passeports vendus à des étrangers. Moussaoui a plusieurs fois, dans ses vidéos publiées​ dans les réseaux sociaux, pointé du doigt M. Mohamed Daoudou alias KIKI qui serait complice dans ces salles affaires et cacherait même  plusieurs secrets au chef de l’État. 
« Je suis prêt à être entendu par la justice », réclame avec insistance et certitude Mr Moussaoui . « Je détiens plusieurs témoignages dont les conversations téléphoniques avec Kiki et des copies de documents officiels!  » , précise  Moussaoui. 
Ce jeune a délibérément lancé un défi au porte-parole du gouvernement sans la moindre réaction de la justice. Pourquoi un silence total ? Pourquoi n’était-il même pas arrêté et emprisonné comme il est de coutume lorsqu’on gêne à tord ou à raison ? Quoi que non!! Arrêter et emprionner des gens arbitrairement revient aussi à bafouer la justice. Ce serait aussi une injustice.  
La question judiciable : Pourquoi le procureur général n’ouvre t-il pas une information judiciaire contre Moussawi afin qu’il s’exprime comme il l’a lui même suggéré?
Des accusations Vraies ou fausses?  Seule l’ouverture d’une enquête judiciaire le prouvera. Car dans un pays démocratique,  la justice aurait dû ouvert une​ information judiciaire pour faire la lumière sur de telles graves allégations portées contre un ministre en exercice. Mais jusqu’à présent ce Moussawi Saif Almoussawi et l’homme fort du gouvernement ne sont toujours pas entendus​ par la justice. 

Et quant à la presse  nationale motus et bouche cousue. Si discretion verbale, alors à la demande de qui? Si simple laxisme qui est tout bonnement  Sport nationale? Tirons la sonnette d’alarme sur ces graves accusations portées directement sur la personne du ministre de l’intérieur.
Ortega Abdou Hassani

2 commentaires sur ​Des accusations graves portées contre le ministre de l’intérieur des Comores!

  1. Les accusations portées à l’encontre du ministre de l’intérieur, vu le silence de ceux qui nous vident nos sangs, Azali et ses chiens couchants laisse planer un doute sans la moindre présomption d’une complicité souterraine de nos décideurs.
    J’appelle les comoriens de l’intérieur comme de l’extérieur de réagir et exiger dans un premier temps la démission immédiate de Kiki. Les Comoriens en ont marre des voyoux
    qui ne pensent qu’à leurs profits au risque de mettre en danger notre pauvre pays.
    Respets à ce jeune patriote qui a osé avertir l’opinion malgré un risque majeur de représailles.
    Vérité svp!

  2. Dans un pays démocratique mais notre pays en matière de démocratie laisse à désirer. Au moins une enquête aurait dû être ouverte pour l’inculper ou pas dans c’est accusation grave. Mais rien de rien. Nous pouvons dire que notre pays, en liberté, nous sommes vraiment doués. Vivez les Comores

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*