​Désorganisation et bricolage politique

Opinion libre

L’élection présidentielle passée avait suscité énormément d’espoir au sein de la population, espoir né de l’entente de deux hommes qu’on pourrait qualifier à tort ou à raison comme expérimentés par leur exercice du pouvoir .

À raison car on pensait qu’ils pouvaient conjuguer les efforts pour réparer les dégâts causés par leur exercice du pouvoir , n’ayant pas su mettre les bases d’une société d’espérance. 

À tort , car il faut être suffisamment idiot pour cautionner deux hommes qui n’ont qu’ un seul but se servir du pouvoir .

La responsabilité de cet état de fait incombe à ces cadres , qui se cachent derrière eux , qui par leur implication hypothèque tout espoir de changement. 

Des gens qui ne font aucune prévision du devenir de leurs enfants , seul but poursuivi, combler le creux du ventre à court terme , une génération d’égoïsme , ne laissant que désespoir et désolation aux générations futures .

Si les deux anciens présidents étaient réunis réellement pour l’intérêt général, quelle grande chance pour le pays !

Sauf que chacun roule pour lui , dommage pour ceux qui n’ont pas compris qu’il faudrait un sursaut populaire qui ne viendra pas d’eux .

Si le président Azali voulait sincèrement réformer le pays , il aurait du faire pérenniser son alliance avec Sambi , pour faire passer toutes les réformes nécessaires , mais à peine élu,  Il pense à 2021 qui est une autre élection, sa stratégie est trop précipitée,  alors qu’il aurait fallu s’appuyer sur Sambi pour supprimer la tournante, ouvrir l’élection à tout citoyen, peut être avec les réalisations événementielles de fin de mandat , couplé du pouvoir , Azali avait les chances de gagner un duel qui l’opposerait à Sambi .

On pourait rêver d’un régime à la Tanzanien, mais c’est un pari risqué. 

En conclusion, il est temps que tous les patriotes épris de paix et de justice se lèvent pour jeter les bases d’une société d’espérance où nos enfants sauront perpétuer notre mémoire .

Daoud Halifa 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*