​Et si Azali réussissait avec son gouvernement clanique ?

Les appels de pied d’une opposition totalement éhontée, nous avaient tous fait croire pendant un moment qu’Azali allait céder aux chants des sirènes. Celui qui se surnomme Messi nous a tous pris à contre-pied en misant sur son propre clan. Avec le cynisme dont il a le secret, Azali a pris le soin d’humilier ses adversaires les laissant se pourlécher les babines avant de les achever, agonisants, lentement et cruellement par la gorge.

Mais ce qui est difficile à déchiffrer dans ce nouveau gouvernement, c’est la nouvelle vision politique portée par le chef de l’Etat. Car si Azali souhaitait conserver le pouvoir, l’idéal ne serait-il pas d’intégrer les dinosaures pour contrer son véritable ennemi qui restera le Juwa de Sambi ? Pour certains, l’ancien colonel a renoncé, hier, au dessein de se maintenir au pouvoir au-delà de son mandat. Trop risqué. Il se contente de faire plaisir à ses plus fidèles alliés oubliant même la représentation des îles.
Il a donc opté pour la facilité. L’efficacité aussi ? Pourquoi pas. En effet, je pense qu’Azali avec une équipe de fidèles peut réaliser des choses à court à terme s’il n’a pas les yeux plus gros que le ventre. D’abord, il sait qu’il peut compter sur les « fonds propres » de l’Arabie Saoudite pour concrétiser des projets visibles (routes, hôtels, aéroport) bien que cela n’aura qu’un impact limité sur la réduction du chômage de masse ou la lutte contre la pauvreté en général. Ensuite, en se dépêtrant des querelles politico politiciennes, il se concentre sur l’essentiel. En enfin, il s’est donné une marge de manœuvre en cas de pépin, laissant la porte entrouvert à l’opposition.
Il revient maintenant à cette dernière de jouer son rôle en exigeant plus de transparence dans l’action de l’exécutif, un point si crucial pour un décollage économique qu’Azali semble pourtant minimiser.

Ahmed Toyb

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*