​Le Maire de Mbachilé, MOINDJIE MZE n’est plus

Depuis MBACHILE, nous avons appris la triste nouvelle de la disparition de monsieur le MAIRE.

L’Océan Indien, Les Comores, La Grande-comore, La région de Bambao, les villages de Mbachilé et Ndroini sont en deuils.

La famille #MOINDJIE_MZE pleure son doyen.
Après une longue maladie qui ne l’avait pas empêché de mener une vie descente et de vaquer à ses activités au quotidien, MOINDJIE MZE s’est éteint  à Madagascar au seuil du jeudi 22 juin 2017 dernier  et l’enterrement a eu lieu ce mardi matin 27 juin 2017  à Mbachilé Bambao.

 
Tant de pères sont partis et ont laissé des orphelins, notre #MAIRE qui se voulait le père de tous les enfants, de ses frères et amis, laisse derrière lui un héritage incommensurable  qui l’honore et qui servira de repères pour les générations à venir. 
Il laisse une relation d’amour et de respect entre un père et ses enfants, entre un citoyen et ses compatriotes, entre un élu et ses électeurs, entre un érudit et ses disciples, entre un fermier et la nature, entre un Instituteur et ses élèves; MOINDJIE MZE, figure emblématique de la région de Bambao  et allié de toutes les couches de la société est aussi une BIBLIOTHÈQUE qui se ferme mais qui peut s’ouvrir à tout moment, grâce aux clefs laissées entre les mains de plusieurs personnes. 
 Il avait l’habitude de partager avec le premier passant devant son chalet, Il partageait généreusement la culture, les civilisations, l’expérience d’un grand NOTABLE qui luttait contre les mauvaises mentalités dans les places publics.
 Il mariait entre les traditions, le droit et la politique pour une réelle cohésion sociale. 

Au lieu de réprimer ou critiquer, il a toujours respecté et encouragé les choix des siens entre politique et culture, entre privé et public, entre opinions et orientations.

 

MOINDJIE MZE a toujours su  prendre soin de tous et à tout moment, il a su prendre soin de sa famille,  de ses visiteurs anonymes, de ses électeurs, de ses élèves et de son environne

Moidjié Fahad Ali 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*