11ème conférence nationale de l’éducation 

Ce rendez vous de l’éducation nationale dans notre pays a été initié en 2005 dans le premier mandat du Président Azali. Un rendez-vous de réflexion transversale sur l’éducation par l’ensemble des acteurs et les partenaires au développement. Et pour la première fois le Président la République y a pris part.
Avant l’allocution du Chef de l’Etat, le ministre de l’Education Nationale Mr  Abdou Mmadi a pris la parole le premier pour annoncer que les résolutions de cette conférence doivent aider à transformer notre système éducatif en profondeur, afin d’en faire un levier qui placera notre pays sur l’orbite des pays émergents. Ensuite en sa qualité de coordinateur du partenariat mondial pour l’éducation aux Comores, l’Ambassadeur de France a dit ceci : « L’éducation est le secteur-clé du développement. Sans une éducation solide, il n’y a point de citoyens. Donc pas de démocratie. Dans ce contexte, la France et l’Union Européenne renouvellent avec force leur engagement à accompagner et à soutenir le secteur de l’éducation sous la conduite stratégique et opérationnelle du Ministère. Nous sommes aujourd’hui prêts à nous impliquer encore davantage à travers notre rôle de coordinateur du Partenariat Mondial pour l’Education aux Comores ». 

L’Ambassadeur de France a conclu son propos, en disant que son pays souhaite  accompagner le gouvernement dans l’organisation d’une table-ronde internationale pour la mobilisation des ressources à la hauteur des exigences du prochain plan sectoriel. Puis Monsieur le Représentant de l’UNICEF, Co-chef de file du Secteur de l’Education des Comores a pris la parole d’abord à saluer l’organisation réussie de cette 11ème conférence de l’éducation et dit ceci : « Monsieur le Président, nous sommes ici pour soutenir la vision partagée que vous avez donnée d’une éducation aux Comores qui permette à chaque enfant et jeune comorien quelque soit son sexe, son origine géographique, son statut social ou économique de bénéficier de son droit à une éducation de qualité, de développer ses talents et de s’épanouir en tant qu’individu et citoyen responsable pour contribuer au développement de la Nation. »


Et enfin le Président de la république s’est exprimé en ces termes : « C’est un grand plaisir pour moi d’être ici aujourd’hui pour prendre part à la Conférence Nationale de l’Education et partager avec vous, ces instants de réflexion et de concertation sur des sujets hautement déterminants pour l’avenir de l’éducation comorienne et le devenir de notre pays. Je suis heureux en effet, de constater le Ministère de l’Education Nationale a su pérenniser ces assises qui, depuis l’initiative prise en 2005, permettent de dégager les orientations prioritaires et les modalités de fonctionnement de ce grand secteur de l’éducation nationale. »  Ensuite le Président a montré la détermination de son Gouvernement à trouver des solutions pratiques aux problèmes de l’éducation et à  mettre en place une réforme en profondeur du système éducatif qui a pour objectifs de produire des transformations, garantissant plus d’efficacité et d’efficience à l’ensemble des sous-secteurs de l’Education. Et en langue nationale le Chef de l’Etat a fait la traduction des versets du Saint Coran lus à l’ouverture de la cérémonie, qui parlait du rôle primordial de l’éducation dans la marche du monde. 
Le Président a rappelé que ceux qui vont dans l’espace, n’y arrivent pas seulement grâce à l’argent et aux moyens financiers. Ils arrivent grâce surtout aux savoirs. Et les Comoriens doivent enfin se prendre en charge et assumer leurs responsabilités individuelle et collective devant l’Histoire. Nous devons arrêter cette course aux bourses étrangères et faire en sorte que nos enfants soient formés par une éducation que nous organiseront en fonction de nos besoins. Nous en avons les compétences, nous devons alors nous organiser pour cela a conclu le Chef de l’Etat.

Beit salam

1 commentaire sur 11ème conférence nationale de l’éducation 

  1. L’expérience des connaissances a fait ses preuves de part le monde.L’Algérie a pu se libérer de la colonisation française à cause des connaissances.ect …

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*