PEUT ON GAGNER UNE ELECTION PRESIDENTIELLE EN ETANT MINORITAIRE DANS SA PROPRE REGION ?

11170635_1053560494656510_1345203519_nIl reste encore quelque mois avant le premier round d’une élection présidentielle d’une nation cliniquement morte .

Malgré ce constat amère, tout le monde se précipite à :
soit diriger un pays mort .en quelque sorte une prière mortuaire du cadavre ;
soit précipiter l’enterrement de celui ci.

Au premier rang se trouvent les assassins présumés coupables ,
qui pleurent le Dèce de cette jeune nation pour, essayer de masquer leur crime ;
En suite les apprentis sorciers qui mélangent la sorcellerie, et la magie vodu pour promettre une résurrection magique d’un état empoisonné par la corruption .
Et en fin les guignols opportuns qui n’ont pas le permis B ,qui n’ont jamais conduit un véhicule léger mais qui souhaite pour la première fois conduire un poids lourd rempli d’explosifs en 2016 .

Nous allons ,depuis aujourd’hui, sonder, région par région les candidats susceptibles d’aller jusqu’au bout de leurs ambitions politiques .
nous nous intéressons particulièrement aux régions de Ngazidja pour des raisons que vous connaissez ,sans doute ,sans toute fois interférer dans la décision de la cours constitutionnelle ,qui est l’instance habilitée à valider ou invalider une candidature.

Pourquoi commencer par la région de Hambou, malgré sa population peu nombreuse par rapports aux autres agglomérations ?

Peut on vraiment parler de la politique des comores en générale et en particulier de Ngazidja sans commencer par HAMBOU ?
Cette région de Ngazidja est l’un des rares territoires des comores qui fascinent le petit monde comorien, d’un point de vu politique.
Une région qui a présidé le destin des Comores une fois sur deux depuis son indépendance en 1975 jusqu’à l’instauration de cette tournante ; facteur selon nous, qui a contribué largement à la pauvreté et la corruption qu’autre chose.

De Mongozi, le révolutionnaire à Azali, l’ambassadeur en Passant par le père de la démocratie, Djohar ; Hambou a conduit 4 fois le destin de notre pays . deux coups d’état et 2 élections démocratiquement contestables .
Aujourd’hui 2016, le chemin de l’ascension pour ces communes est étroit et sinusoïdal . mais l’obstacle le plus redoutable reste les frères ennemis .
Avec ses 3 candidats sérieusement présidentiables (( un général, un colonel et ex président et un président de l’assemblé)) Hambou repart à la conquête de son 5eme pouvoir suprême .((une fois Mongozi une fois Djohar et 2 fois Azali ))car nous dissocions le régime putschiste du colonel du régime démocratique.

En 2016 l’option militaire semble logiquement écartée puisque les 3 candidats ont accepté le jeu démocratique . ils sont loin du pouvoir ; du moins par la forme .
La question que nous allons nous poser chaque fois que nous rentrons dans le cœur d’une région est de savoir si on peut gagner une élection présidentielle en étant minoritaire dans sa propre région ?
Village par village ,Hambou a livré ses vérités durant notre enquête sondage .
certains parleront de vengeance ou arrogance. pendant que d’autres diront tout simplement que c’est un soulagement .

Cependant pour démarrer le vif de notre sujet, quand nous avons interrogé un échantillon représentatif du village de Dzahadjou Hambou avec ses 842 électeurs repartis en deux bureaux de vote ,au dernières législatives de 2015 ,plus de
97% nous a affirmé sans hesitation qu’il voterait le général Salim . moins de
1,5 % de cette population votera pour Bourhane
1% pour les autres candidats non issus de la région. sur tout moins de
(( 0,5% )) pour le colonel Azali.
Dzahadjou Hambou a décidé de voter le général Salim pour des raisons simplement génétiques selon plus de 90% des personnes interrogées .

Quant à son voisin Mbabani Hambou qui est en quelque sorte le quartier nord de ces deux communes voisines, qui ont toujours cohabité dans une fraternité historique ; ses 613 électeurs repartis en deux bureaux de vote ,selon les derniers urnes ,nous ont affirmé que :
32% de cette population devrait faire confiance au général Salim
48% voteront pour l’ex président de l’assemblé Bourhane ; tandis que,
7% seulement ont l’intention de faire confiance à l’ex président de cette région encore vivant : le colonel Azali .
10% ont d’autres opinions politiques qui ne sont pas forcement ethniques. ils voteront donc pour les autres candidats qui ne sont pas de la région.

Pour Hetsa Hambou leurs maisons ne se sont pas enchevêtrées avec celles de Singani par hasard :
+de 65% de ses 353 inscrits sur les liste électorales choisiront Bourhane .
14% pour le général Salim
10% pour le colonel Azali
10% seulement ne vont pas faire confiance aux candidats de la région.

Singani commune de naissance et d’éducation de l’ex président de l’assemblé Bourhane . nous avons deviné les intentions de vote sur les visages de beaucoup d’habitants de cette localité qui ne souhaitaient pas se prononcer .

avec un peu plus d’un kilo d’électeurs sur ses listes, repartis en 3 bureaux de vote;
65% se prononce pour Bourhane
4% pouvait choisir le Général Salim
moins de 0,8% pour le colonel Azali
26% ne souhaitent pas annoncer leur choix .
1% peut voter un candidat non régional.

Mitsoudjé commune mythique de la région, où le colonel Azali aime aller se ressourcer ,chaque fois que besoin se fait sentir, et chercher les bénédictions dans la mosquée de Mduzuwa bâtie par les extra terrestres d’après les théories d’anciens astronautes ;
selon certains,malgré l’arrogance de l’ex première dame des Comores l’amiral ((Ambari ))
90% de ses 1,5 kilos d’électeurs renouvèlera sa confiance à l’enfant chéri du village Azali .
moins de 1% pour Bourhane
moins de 1% pour le général de la région
+ de 6% ne se prononce pas .

Jusqu’à présent nous constatons que la logique comorienne est ainsi respectée. celle qui consiste à choisir ses dirigeants selon l’arbre généalogique au détriment des convictions de développement de la patrie.
(( NARA VOTI WO WANA )).
Il nous reste à présent ce qu’on peut appeler le champs de batailles des électeurs .

Bangoi Hambou et ses 1287 voix est un grand réservoir d’électeurs presque acquis pour la cause Bourhan . certains habitants de cette commune n’hésitent pas à employer le mot résidence secondaire de l’ex Président de l’assemblé :
+de 65% reste fidèles à lui.
15% seulement pour le colonel.
12% pour le général.
6% pour les autres candidats hors région .

le climat apaisé qui a régnait depuis le début de notre enquête investigation commence à se déteriorer cette fois ci avec un jeu politique stratégiquement musclé.
A commencer par :
l’origine du conflit entre MDRAWADJOU et MDRAMBOINI ; communément appelés ((Salimani Hambou et Mitsoidjé))
Pour Mdramboini ou Salimani Hambou peu importe son appellation, ses 800 électeurs potentiels en ont marre d’être maltraités par Mdrawadjou ou Mitsoudjé singulièrement le colonel qui a débordé la vase par la goute d’eau selon laquelle ,nous citons :
(( Salimani Hambou est trop petit pour abriter un hôtel 5etoiles.)) cette déclaration de guerre selon les salimaniens fait référence au refus catégorique et sur tout public du colonel Azal, à la construction d un complexe hôtelier pour la région, tout simplement parce-que c est à salimani qu’ il doit y être construit .
pour beaucoup de ces habitants , après
Shime cha baya ou chimabaya, un patrimoine foncier laissé par le colon et qui est source des conflit entre ce deux communes, depuis toujours ;
après plus de 7 ans de pouvoir de leur grand frère le colonel sans le moindre post administratif ,malgré des diplômés qui se comptent par dizaines à Salimani ,
plus de 55% des personnes interrogées sont sur de ne plus voter pour le colonel .
Quand nous avons reformulé la question ,nous avons constaté un statuquo entre le général et Bourhane (( 33% / 33% ))
18% pour le colonel
15% pour les candidats hors agglomération régionale

Chouani .
Oui Chouani 80% de chouaniens, électeurs ou qui n’ont pas encore l’âge de voter sont d’accord sur un point :
Ali Mhadji ((Député de la région)) est une chose et le CRC d’Azali et Bolero en est une autre . ce ci est la 1ere leçon à tirer de cette commune où repose en paix le père de la révolution Mongozi .
une commune qui cherche à se reconstruire après des multiples déchirements causés ,selon nos témoignages ,par le régime du colonel Azali et le RRC par la suite: suppression des allocations familiales de Mongozi acquises légalement par le régime du père de la démocratie((Papadjo)); par la présidence d’Azali et sur tout l’enfant chéri du village (( le capitaine Amdjad )) jeté en prison durant le régime d’Ikililou par Bolero à cause d’une concurrence stupide de maitresse . Azali et le CRC paieront-ils les erreurs de Bolero à Chouani ?
ses 940 électeurs repartis en deux bureaux de vote nous ont accordé d’après un échantillon représentatif :
32% votera Bourhane
20% pour le général Salim
26% pour Azali
15% ne souhaite pas se prononcer
+6 % autres

Ici à Djoumoichongo Hambou et KOMIONI Hambou,.
QG ou centre de commandement de Raoul Delapere ; la phrase choquante de l’ex patron de la douane ,aux dernières législatives reste sur la bouche des habitants de 2 communes voisines :
(( peut on battre un candidat qui fait voter les morts ? ))
c’est sur cette Phrase que Raoul D a reconnu sa défaite aux élections législatives de 2015 face au candidat du CRC ; pour blâmer les irrégularités des nombreux bureaux de vote .
1221 sont inscrits sur les listes électorales nationales .
211 pour le bureau de Komioni et 1010 pour les 2 bureaux de vote de Djoumoichongo .
Pour ces 3 bureaux de vote Bourhane accueillerait
+ de 41%
24% pour Azali
17% pour Salim
17% autres

 terme de notre premier sondage ,nous avons choisi de garder cette commune aux multiples complexes pour fermer notre enquête sondage .
Mdjoiezi dans le Hambou , pour une élection régionale est qui vaut en quelque sorte à l’OHIO ((État du Midwest des Etats-Unis)) ,pour une élection présidentielle américaine. c’est ici que tout peut basculer grâce aux 1700 inscrits et ses 4 bureaux de vote .
Cette tendance ne tient pas compte la possible candidature de Wahabi ((notre albinos national)) tout est alors possible .
30% ont l’intention de voter Bourhane
20% pour le colonel AZALI
17% pour le général Salim
ce ci dit que 33% de la commune la plus peuplée de hambou peut voter n’importe qui aujourd’hui . ce qui donne une chance à l’équipe la plus dynamique des candidats à aller arracher ces voix pour combler son retard .

BONNE CHANCE POUR LES COMORES !!

 Chacha Moamed

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*