21 conseillers sur 23 favorables à la motion de censure contre l’Exécutif de Hassani Hamadi

21 conseillers sur 23 conseillers se sont déjà prononcés favorables à la motion de censure contre l’exécutif de Ngazidja. De deux choses l’une: soit ils attendent que la cour statue sur la requête demandant la désignation d’un commissaire en exercice pour suppléer le gouverneur, soit ils attendent l’arrivée de ce dernier prévu ce jeudi pour le prendre au dépourvu dans le vote qui doit être organisé à cet effet.

 

Sur une liste ouverte au conseil de l’île autonome de Ngazidja, 21 conseillers, soit plus que les deux tiers (16) exigés par l’article 57 de la loi statutaire, ont signé et déclarés être prêts à voter pour la motion de censure tant brandie par l’institution, à en croire le porte-parole du conseil, le conseiller Misbahou Athoumani. Ne reconnaissant pas le gouverneur par intérim actuel, le conseil attend « soit l’arrêt de la Cour (attendu demain), soit l’arrivée de la Mecque de Hassani Hamadi (également attendu ce jeudi) » pour déposer la motion de censure avant de passer au vote dans les 48h qui suivent, selon les explications du porte qui s’en tient à l’article 57 de la loi statutaire.

Celle-ci stipule que  « le Conseil de l’Ile peut mettre en cause la responsabilité du Conseil des Commissaires par le vote d’une motion de censure. Une telle motion n’est recevable que si elle est votée par les deux tiers (2/3) composant le Conseil de l’Ile. Le vote ne peut avoir lieu que 48 heures après le dépôt de la motion. La motion n’est adoptée que si elle est votée par les deux tiers (2/3) des membres composant le Conseil de l’Ile. Si la motion est adoptée, le Conseil des Commissaires remet, par l’intermédiaire du doyen d’âge des Commissaires, sa démission au Gouverneur de l’Ile ».

Ce clash que pourrait recevoir l’exécutif puise son origine sur des « propos malsains » tenus par le commissaire à la production, aux transports, au tourisme et au développement des infrastructures, Said Omar Said Hassane. Lors d’une conférence de presse le jeudi 1er septembre sur la question de l’intérim assuré par un conseiller du gouverneur au lieu d’un commissaire, question pour laquelle le conseil de l’île a déposé une requête auprès de la Cour constitutionnelle, le commissaire avait déclaré que « le conseil de l’île aurait pu faire prévaloir ses droits dans le régime précédent, surtout que son président, en plus de venir à Mrodjou dans le cadre de son boulot, y vient pour ses petits intérêts personnels ».

Une autre crise en plus de l’intérim. Paniqué par l’ampleur de la crise, le gouverneur Hassani Hamadi, qui était pourtant attendu la fin du mois, s’empresse de revenir. Il serait là ce jeudi pour prendre son destin en main et tenter dans l’espoir infime de sauver ses soldats de commissaires, selon ses collaborateurs. Si les conseillers de l’île parviennent au terme de leur projet, ce sera la deuxième motion de censure à avoir lieu à Ngazidja. La première remonte au samedi 10 mai 2014 où 17 conseillers sur 23 ont voté favorablement. Aujourd’hui, on table sur le nombre record de 21 conseillers prêts à donner une gifle à l’exécutif insulaire.

Toufé Maecha/LGDC

1 commentaire sur 21 conseillers sur 23 favorables à la motion de censure contre l’Exécutif de Hassani Hamadi

  1. Nos élus au lieu de penser à reformer le pays pour son developpement qui va au profit du peuple,ils sont là à se déchirer.Le gouverneur doit les chasser.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*