42 ans après, Azali vous souhaite une bonne faute de l’indépendance

La génération née après 1990 n’a jamais connu le rôle d’un État. Alors que le mode de gouvernance a été le favoritisme et le népotisme, l’Etat s’est totalement désengagé de ses devoirs d’assurer une éducation de qualité pour tous et de fournir des soins à ceux qui en ont besoin.

Les parents qui ont les moyens s’assurent de la réussite scolaire de leurs enfants et leurs font partir dans de meilleurs cieux. L’écrasante majorité s’en est sortie avec les séquelles des écoles publiques et est aujourd’hui perdue dans un monde de travail de plus en plus exigeant. Le taux de chômage des jeunes plus ou moins diplômés (jamais réellement calculé) bat certainement des records.

Les familles qui ont les moyens font partir leurs malades pour se soigner à l’étranger. Les plus audacieux prendront le Kwassa vers l’île Comorienne occupée de Mayotte. Les autres se contenteront de leurs yeux pour pleurer.

C’est dans ce sombre constat que le Gouverneur Azali fête aujourd’hui la 42e année d’Indépendance de la province saoudienne dans l’Ocean Indien. Une indépendance inachevée, gâchée, vendue par des vautours sans scrupules. Pis, nous sommes nombreux à penser que l’émergence promise est, en fait, un engin qui va creuser le fossé déjà énorme entre riche et pauvre.

Et l’on s’étonne que la génération née après 1990 ne se sente pas concernée par une quelconque valeur patriotique ?

Toyb Ahmed

 

A voir aussi : 

4 commentaires sur 42 ans après, Azali vous souhaite une bonne faute de l’indépendance

  1. Saym Boom Boom porte de gros lunettes pour ne pas voir que se sont les intellectuels des Comores libres qui apportent, à juste titre, la lumière à Mayotte:
    Ecoles, Hôpitaux,…sont dirigés par les enfants de la lumière.
    Vous voyez Boom Boom, Dépendance et assistanat ne développent pas un pays.

  2. Tous les pays développés sont des pays indépendants.
    En effet, dépendance et assistanat ne développent pas un pays.
    L’indépendance et la liberté d’un peuple n’est jamais une faute.
    Nous avons eu, comme beaucoup de pays africains et surtout francophones, la mauvaise chance d’être dirigé par des abrutis souvent au solde du néocolonialisme et du colonisateur.
    La preuve, notre pays continue à considérer la France comme la meilleur parmi ces pays amis malgré les humiliations que cette dernière nous a fait subir durant nos 42 années de liberté.
    Notre salut est face à nous mais pas derrière nous.
    Tenons bon car nous avons eu raison d’avoir pris notre liberté il y a 42 ans même si elle nous a coûté Mayotte car France avait su profiter notre vulnérabilité de ce moment là pour installé le « fitna » à Mayotte.
    Mais cher noble et vaillant peuple comorien restons unis comme un seul corps car elle a gagné une bataille mais pas la guère.
    En effet, l’empire départemental français s’effondrera comme avant lui l’empire colonial.
    Les faux mayorais partirons avec leur maître en pleurant et les vrais rejoindrons leurs frères et soeurs.
    L’ensemble des îles de la lune brillerons de nouveau et le « fitna » disparaîtra pour toujours.
    Bonne fête à tous!
    Vive les Comores!

  3. Les Comoriens auront ils un jour une dignité ? . Un peuple sans dignité sera toujours manqué de respect .
    Ils ont demandé à la France leur indépendance même s’ils vivront dans la souffrance , alors pourquoi fuir cette souffrance pour rejoindre le colon chez lui et rester docile envers lui .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*