5300 contractuels sont mis à la porte, ils brisent le silence

LGDC

Après le licenciement de plus de 5300 jeunes dans les administrations et entreprises publiques, les contractuels sont sortis de leur
silence. A part qu’ils dénoncent cet acte du gouvernement Azali, mais appellent ces derniers à annuler cette décision. 5300 contractuels sont mis à la porte depuis que le président Azali Assoumani a pris les commandes le 26 mai 2016. Et la plupart sont, hélas,
des jeunes. Malgré ses promesses électorales, le slogan du chef de l’Etat « Un jeune, un emploi », se transforme aujourd’hui, en « un jeune,
un chômeur ». Hier mercredi, les contractuels ont brisé le silence et ont appelé le gouvernement de revenir sur sa décision.
« Nous sommes là pour pleurer car nous souffrons énormément. Ce que le gouvernement a fait, nous a détruits, déclare Bourhane Abdou. Le président a montré sa volonté de changer le
pays et mais pas comme ça ». Ils sont 888 de la fonction publique et 4412 dans les différentes sociétés d’Etat. Et les contractuels ont affiché leur intention d’aller jusqu’au bout et obtenir
gain de cause.
« Le parlement a voté dernièrement un budget de 81 milliards pour cette année en cours. Pourquoi ils nous foutent dehors lorsqu’on sait qu’ils ont les moyens pour nous payer »,
s’interrogetil, avant de préciser que « le gouvernement précédent avait un budget de 21 milliards et arrivait à nous payer. Et aujourd’hui, avec un budget de 81 milliards, il ne trouvent pas
quelques 27 millions pour nous payer. Ce n’est pas logique ».

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Dans cette situation, certaines autorités n’ont peur de rien pour arriver à leur fin. Ils disent même qu’ils ne feront pas marche arrière. Une attitude mal vue par ces jeunes contractuels qui
n’arrivent plus à se retenir. « Si on fait les choses, on doit les faire bien. Mais on ne peut rester là à pleurnicher lorsqu’on sait qu’il y a des retraités qui ont toujours leurs contrats. C’est
vraiment injuste », martèletil,
avant d’ajouter que « le gouvernement Azali ne veut plus de développement car le vrai développement passe avant tout par les jeunes ».
Un autre contractuel a montré aussi que le gouvernement n’avait pas le droit de faire ce qu’il a fait. Elle reste convaincue qu’ils valent mieux que d’être mis à la porte. « Aujourd’hui, un
fonctionnaire ne travaille plus. Il pointe et il s’en va. Mais le travail est fait totalement par nous », lâchetelle.
Elle ajoute : « nous sommes pareils que les fonctionnaires mais ce qui nous
manquait, c’était les matricules ».
Les contractuels dénoncent des licenciements arbitraires. Selon eux, l’arrêté du ministre des finances ne devait pas les concerner, mais s’appliquer aux prochains contrats qu’il allait
signer. « On est passé au contrat de durée déterminée au contrat de durée indéterminée. Après tant d’années passées au sein de ces sociétés d’Etat, on ne devrait pas être renvoyé
comme des mal propres », dit elle.
Devant la presse, les contractuels ont montré aussi que le printemps arabe a commencé comme ça. Un jeune sorti de l’université ne trouvait pas du travail et il s’est immolé. Le risque existe t il dans notre pays ?
Mohamed Youssouf/LGDC

Titre modifié

1 commentaire sur 5300 contractuels sont mis à la porte, ils brisent le silence

  1. Je pense que ces jeunes doivent faire appelle à la puissante institution des notables. Seule, à mon avis, capable de faire plier ce gouvernement.Même si le système de la tournante rende le tactique pas sur.
    En effet, Azali n’attend pas se faire réélire dans 4 ans, il n’a rien à foutre.
    Le problème c’est que ces pauvres jeunes seront très vite remplacés par d’autres contractuels proches du « secte » Azali.
    On est pas près de dégraisser le mammouth…
    Que Dieu bénisse les Comores!
    Que Dieu maudisse les charlatans de la république!

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*