À la Bic, avec des salaires de 2 millions mensuels, le personnel grève.

LA BIC

Le personnel de la Banque de l’industrie et du Commerce aux Comores a lancé une grève de 48 heures à savoir mercredi et jeudi derniers. Pourtant, selon les informations de la direction avec preuve à l’appui, on se demande s’il n’est pas indécent de grever pour des salaires bas. En effet, on apprend que sur 57 collaborateurs, 8 touche entre 200 et 250 mille, 5 entre 250 et 300 mille, 24 entre 300 et 500 mille, 5 entre 500 et 800 mille, 6 entre 800 et 2 millions et 1 à plus de 2 millions mensuels. Tout le personnel bénéficie d’un contrat à durée indéterminée à l’exception d’un seul agent qui touche le salaire le plus bas de la banque à savoir 150 mille chaque mois. Dans un pays où on fustige les conditions précaires des salariés, on ne peut pas estimer que ceux de la Bic sont mal lotis. En plus de ces salaires bruts, il y a plusieurs primes qui font grimper ces montants. Ainsi, on apprend l’existence d’un prime de transport pour tous les agents à 19 mille, prime logement pour 30 mille, 30 à 50 mille pour les agents mutés, 24 mille pour ceux qui disposent des diplômes et brève de professionnels de banque, prime d’ancienneté à partir d’un, etc. le personnel avait 7 doléances et la direction en a accepté les 4 sauf que la grève a eu lieu malgré les discussions. Les agents de la Bic auront donc un prime ramadan au minimum 50 mille chacun, des crédits qui s’étalent sur 10 ans au lieu de 7 ans et des avancements régulier. La secrétaire générale de l’institution, Moinaid Youssouf explique que «  la grève n’a pas eu d’impact sur le fonctionnement des guichets puisque une partie du personnel n’a pas suivi le mouvement de grève. Il faut noter que pendant les deux dernières années, 47 sur 57 agents ont eu des avancements ».

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*