En ce moment

Abdallah Mansour : «En France, l’opposition joue de l’hypocrisie politique»

Accueilli en grande pompe le lundi 12 octobre à Dembeni, sa ville natale, Abdallah Mansour a félicité les membres du gouvernement comorien et la région de Nguwenge. Ce membre de la diaspora pro Azali et secrétaire national du Rassemblement de la Diaspora pour le Développement des Comores (Rddc) à l’étranger s’en prend à l’opposition et dénonce sa démarche «destructive».

Comment expliquez-vous votre accueille aux Comores la semaine dernière depuis l’aéroport jusqu’à Dembeni ?

Tout d’abord, je tiens à exprimer ma reconnaissance envers les autorités gouvernementales, les députés, les directeurs généraux et tous ceux qui ont fait le déplacement pour m’accueillir. Je remercie aussi la région de Mbadjini dans son ensemble, le Nguwengue et la ville de Demebeni. En suite, si j’ai été accueilli en grande pompe, c’est parce que ces autorités là ont compris mon combat de soutien à la politique du régime en place. Certes, je réside en France mais avec mon équipe, on arrive à sensibiliser la diaspora comorienne de France afin d’accompagner le chef de l’Etat pour un développement meilleur. Lors de mon accueil, j’ai remarqué la présence du secrétaire d’Etat chargé de la fonction publique, du vice-président de l’Assemblée nationale, du député de Nguwengue et d’autres autorités ainsi que des enfants de Mbadjini. Tous ces gens là me connaissent. Dans ma région, ma ville et le pays, je suis connu pour les actons en faveur de tout le monde. Je suis derrière Azali Assoumani depuis 1999. Je lui défends et je défendrai sa politique constructive. Je souhaite hériter sa vision, sa politique. En fin, je vous annonce que le président Azali a soutenu mon arrivée car il a compris que nos actions en France ne sont pas vaines. Notre mouvement Rddc a réussi à mobiliser la communauté comorienne de l’étranger et à expliquer la politique du chef de l’Etat. J’appelle toutes les forces vives du pays à s’unir pour construire le pays dans un intérêt général.

Justement, pouvez-vous citer quelques actions concrètes de votre mouvement Rddc ?

Notre mouvement est un rassemblement de la diaspora pour le développement des Comores. Il est créé pour lutter contre les rassemblements de l’opposition qui n’ont rien d’autre que de ruiner l’image de notre pays au niveau mondial. Nous avons compris qu’ils sont les ennemis de notre pays. Nous avons réussi à mettre fin aux manifestations de la diaspora comorienne de France. Notre mouvement ne se limite pas à la diaspora de France mais c’est un mouvement de toute la diaspora comorienne de l’étranger avec comme objectif, le soutien de la politique du président de la République comorienne en accompagnant l’émergence à l’horizon 2030, notamment la création d’entreprises. Nous sommes convaincus que le peuple a besoin d’être informé et on s’est engagé à sensibiliser le peuple. Et je rends hommage le président national du Rddc, Fakihi Mradabi pour ses efforts inlassables au service de la diaspora et du pays. Nous avons un site internet devant permettre à suivre en temps réel les actions du gouvernement aux Comores.

Comment réagissez-vous sur la dernière sortie médiatique du Cnt, qui lance un message au président Azali de convoquer le collège électoral ?

Ils sont tous perdus. Larifou, Tocha, Ali Mhadji, Hassani Hamadi, Archimet et autres, n’ont pas de leçons à donner à la population comorienne. Ils ont pris part aux assises nationales et ont été candidats aux présidentielles. Je ne vois pas sur quelles bases juridiques, le chef de l’Etat va s’appuyer pour convoquer le collège électoral. La nouvelle constitution prévoit des élections en 2024. Ces gens là ont voulu déstabiliser notre pays. C’est une opposition destructive. En France, l’opposition joue de l’hypocrisie politique. Ils sont les ennemis de notre pays. S’ils sont exilés en France, c’est parce qu’ils ne veulent pas être jugés de leurs actes « criminels ». Ils ont soutenu le pouvoir et maintenant, ils passent en contre-attaque. Ce sont des « hypocrites » politiques.

2021 s’approche et l’opposition appelle Azali à plier ses bagages. Croyez-vous qu’ils ne réussiront pas à mobiliser le peuple à descendre dans les rues ?

Je vous rassure que le peuple ne descendra pas dans les rues. Le peuple est mature. Les actions engagées par le président et son gouvernement sont rassurantes. Les comoriens sont derrière Azali et ils n’accepteront jamais à déstabiliser le pays. Le gouvernement s’est mobilisé à créer de l’emploi en faveur des jeunes et lutter contre la pauvreté. Mille milliards de francs comoriens sont mobilisés pour le quinquennat d’Azali. Cette somme s’investit sur la création d’entreprises. 80.000 emplois vont être créés. Je ne pense pas que le comorien sera ingrat et acceptera d’être manipulé par l’opposition qui n’a aucune direction. Le président s’est engagé à aménager et construire les routes, à construire l’hôpital El-Maarouf et d’autres chantiers pour le développement. Le peuple comorien adhère à la politique du président Azali.

Recueillis par Touma Maoulida / Al-Fajr

La Rédaction

1 commentaire sur Abdallah Mansour : «En France, l’opposition joue de l’hypocrisie politique»

  1. Mr Manssour Abdallah,honte à vous.
    Mr Manssour Abdallah,mensonge à vous.
    Mr Manssour Abdallah,remords à vous.
    Mr Manssour Abdallah,la sensibilisation que vous avez effectuer ici en France en faveur de la politique de BALOPAS est un échec total.Evidemment vous avez l’habitude de mentir entre vous,mais BALOPAS sait bien que vous n’avez rien apporté pour lui.Vous ne pouvez donc tromper BALOPAS par baguette magique.BALOPAS est plus astucieux que sa bande de voyous,BALOPAS est plus dangereux que vous les lèches-bottes.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*