En ce moment

Aboudou Soefo se paie Azali qu’il compare à l’empereur romain Néron

Un des opposants à Azali, Soefo Aboudou le compare aujourd’hui sur son mur facebook à Néron, l’empereur romain. Effectivement, il y a dans le règne d’Azali quelque chose des empereurs romains, et surtout de tragique (tragique dans le sens où l’ont comprend dès le début de la pièce que tout cela va finir mal). Mais, pour moi, Azali c’est Caligula, dans la démesure, dans le fait que l’essence qui le fait marcher c’est la volonté de vengeance, dans l’aveuglement, dans la peur qu’il infuse, y compris parmi ses ministres et collaborateurs proches et la cruauté dont il peut faire preuve, dans ce sentiment qu’il veut être le représentant de Dieu sur terre (le 1er imam), dans la haine du peuple à son égard (y a-t-il eu un président comorien autant insulté et haï ?), dans les manigances, dans cette volonté de dégrader les familles aristocratiques, dans sa haine des parlementaires (les Sénateurs pour Caligula) et surtout les deux hommes se sont emparés des pleins pouvoirs en « tuant » ceux qui leur ont permis d’arriver en haut, Caligula étouffe le vieux empereur Tibère, pour Azali c’est bien sûr un assassinat symbolique sur le président Sambi.

(Commentaire de Mahamoud Ibrahim. Ci-dessous, le réquisitoire d’Aboudou Soefo)

«  » QUALIS ARTIFEX PEREO  »

Je viens de regarder la conférence de presse d’Azali Assoumani de ce jeudi 17Octobre 2019. Pour moi, lorsque, évoquant la position de l’opposition relative aux élections législatives, il dit

 » ndrongo ndjema halisi pvo wayelehao condition…  » , c’est qu’il se dispose à d’autres sales coups.

Azali sait qu’il malmène les opposants à son pouvoir, Azali sait qu’il s’est accaparé les victoires aux élections de Mars et Avril 2019 par la force , Azali sait que la probabilité est faible pour la CRC de gagner des députés, principalement ici à Ngazidja, Azali sait que les plaies restent encore béantes, d’où cette méthode Coué initiée dans toutes les instances internationales pour évoquer la victoire de son camp et vendre l’image d’une prétendue gouverneure de Ngazidja élue.

Alors pourquoi cette posture apparaissant plutôt conciliante ? Ruse de guerre. Dans le cadre de la préparation et de la tenue de leur fameuse conférence des bailleurs, Azali et les siens veulent exhiber une image rassurante de leur régime, le rendre fréquentable. Une fois la conférence terminée, place au bâton.

Azali se croit trop artiste ! Mais le régime s’essouffle. Les multiples dérapages dans tous les comportements dû pouvoir et ses institutions ne témoignent pas d’une bonne santé mais plutôt de leur dégénérescence incontournable.

Pour toute personne imprégnée d’histoire de l’Antiquite, la situation que nous vivons s’apparente à la fin du règne de l’empereur romain Neron avec les multiples intrigues d’Agrippine, sa mère, de Popee, sa deuxième épouse, les multiples cruautés envers son entourage dont sa mère et son frère Britannicus.

Neron était tellement persuadé de son génie ( plutôt maléfique) que peu de temps avant sa mort il lança cette exclamation restée célèbre :  » qualis artifex pereo  » ( quel grand artiste le monde va perdre ).

Deux mille ans depuis ! Mais le monde est resté toujours aussi fou »

1 commentaire sur Aboudou Soefo se paie Azali qu’il compare à l’empereur romain Néron

  1. Bonjour
    Vous apportez de très bonnes idées aux comoriens. Neron fera avancer les comores.
    Vous montrez votre culture et alors, on connait vos diplomes
    Et vos idées pour developper les comores?

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*