Achat de groupes électrogènes d’une capacité de 25 mégawatts Le contrat de 5 milliards serait-il annulé ?

​Le contrat de 10.485.000 euros, soit 5 milliards de nos francs, signé sans appel d’offres entre le gouvernement comorien et Ally Saleh Balhabou pour l’achat de groupes électrogènes d’une capacité de 25 mégawatts, serait-il annulé ? Et Pourquoi ?

Le vice-président en charge de l’énergie, Djaffar Ahmed aurait rompu depuis le dimanche 16 octobre, le fameux contrat de 5 milliards de nos francs, sur l’épineuse question de l’énergie, signé le 19 août dernier entre le gouvernement comorien et un certain Ally Saleh Balhabou.C’était juste avant de prendre l’avion pour Madagascar où il était allé au sommet du  COMESA à Madagascar. Après avoir eu vent de la nouvelle, La Gazette des Comores / HZK-Presse a tenté de joindre les autorités compétentes pour plus d’explications.

D’abord sur le contrat en soi. Le délai d’exécution est pour le moins irréaliste : 3 mois pour  l’achat de groupes électrogènes d’une capacité de 25 mégawatts, dont 15 à Ngazidja, 7,5 à Ndzouani et 2,5 à Mwali, la révision des vieux groupes de la MAMWE, une formation des agents, une construction d’une centrale, l’installation, la mise en service et le démarrage de la centrale, ainsi que la construction d’une citerne de 500.000 litres de Gasoil.

Nos informations disent que le fameux « homme d’affaires »…est introuvable. Disparu dans la nature. Et que cette annulation ne serait qu’une diversion pour détourner l’opinion. Vrai ou faux ? Contacté par téléphone, le vice-président en charge de l’énergie lui, n’a pas souhaité répondre aux appels de La Gazette, qui a maintes fois essayé de le joindre.


Le secrétaire général du gouvernement n’a pas été joignable. Le porte-parole du gouvernement, non plus. Nous sommes retournés au ministère de l’énergie où nous avons eu le directeur de cabinet du vice-président : l’information est « fausse », a-t-il assuré. Le conseiller spécial, toujours du vice-président, nous a recommandé de nous adresser au secrétaire général du gouvernement. Une vraie valse-hésitation.

En tout cas, « l’homme d’affaires » qui a bénéficié de ce contrat de gré à gré, a fait faillite dans trois pays : Tanzanie, Dubaï et Arabie Saoudite. Et le gouvernement comorien n’a pas pris le temps de vérifier sa solvabilitéavant de signer. Cette décision prise à la va-comme-je-te-pousse sera justifiée par le président de la république par l’ « urgence » du pays en matière d’énergie, 3 semaines après. Qu’Ally Saleh Balhabou ait pris la fuite après avoir vendu ses poudres de perlimpinpin au gouvernement comorien, n’étonnerait personne tant qu’il est réputé être un homme d’affaire de mauvaisaugure. Nous reviendrons dans nos prochaines éditions.

Toufé Maecha/ LGDC 

1 commentaire sur Achat de groupes électrogènes d’une capacité de 25 mégawatts Le contrat de 5 milliards serait-il annulé ?

  1. Pour tromper l’oeil vigilant des comoriens , ils parlent d’un contrat annuler, alors que la vérité ce qu’ils ont donné 5 milliards à une société escro qui n’est même dans le domaine de l’énergie mais du batiments ,du coup ils sont restés injoignables .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*