Achiraffi Saïd Hachim, « le peuple comorien est pris en otage »

wpid-screenshot_2015-12-27-08-31-48-1.png

Le candidat du parti Cadim à l’élection présidentielle de 2016, Achiraffi Saïd Hachim et ses vices- présidents ont animé hier une conférence de presse au foyer d’Iroungoudjani. Le candidat du « changement » est revenu sur l’alliance du Rassemblent des patriotes (Rp), et les projets de société qui constitue son programme de campagne, entre autres.

image

En présence de colistiers, à savoir Mohamed Mzé (Ngazidja) Halifa Houmadi (Anjouan) et Abdourahmane Madi (Mohéli), le candidat du parti Cadim à l’élection présidentielle de 2016 Achiraffi Saïd Hachim a tenue une conférence de presse – meeting, mardi dernier au foyer d’Iroungoudjani de Moroni.

A cette occasion, Achiraffi Saïd Hachim n’a pas passé par quatre chemins pour dénoncer l’attitude du régime en place, sur les maux qui rongent la société « 40 ans d’indépendance en échec, le peuple comorien est pris en otage, alors le changement c’est maintenant », a-t-il déclaré.

Interrogé si le Rp existe et pourquoi tant de candidat déclaré, Achiraff, a tenté de porter de répondre : « On s’est réuni pour défendre la bonne gouvernance et le respect des deniers public, mais pas soutenir une candidature unique de Sambi », a-t-il avoué avant d’ajouter : « D’ailleurs, je me suis déclaré candidat, lors de la réunion préparatoire du congrès, tenue à Paris le 16 mai 2015, même si mes collègues l’ont contesté ». Ainsi, le président du Cadim se veut pour un changement des institutions judiciaires et administratives. « Nous les amis d’Achiraffi, on se contente de vous dire que nous allons œuvrer pour un changement bénéfique dans tous les domaines », annoncent les vices- présidents.

Ce changement, selon eux, consiste à rendre le pays viable et crédible, revaloriser la justice pour la rendre efficace, mettre en place une vraie administration, donner au petit peuple les moyens de vivre décemment pour gouter au mieux être, restaurer le respect, l’unité nationale et renforcer la religion et asseoir une bonne gouvernance et une démocratie véritable.

Sur ce, Halifa Houmdi a constaté que parmi les puissants candidats en lice, il a choisi Achiraffi. « C’est un citoyen responsable parce que je l’ai vu à l’œuvre, un homme intègre qui ne traine pas des casseroles. Ensemble nous sommes décidés à nous sacrifier pour ce pays », a-t-il démontré.

Parmi les projet de société pour les urgences actuelles du pays, on peut citer, une amélioration du pouvoir d’achat, le commerce (service de prix) , l’énergie, transports , restitution des fonds détourné, reforme des institutions( justice et administration décentralisée , une bonne gouvernance et la mise en place de l’exploitation pétrolière.
Ben Ali Habab

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*