Affaire Labaraka Fm: Abdallah Agoi abandonne le métier de journalisme

Après toutes ses condamnations, l’interruption  des émissions et confiscation  des matériels de la radio La Baraka FM en toute illégalité, Abdallah Abdou Hassane Alias AGOI, a décide de quitter le métier de journalisme. « Je suis convaincu que je ne suis pas dans un combat avec le ministre de l’intérieur, c’est plutôt lui qui veut faire un rendement de compte. Mais étant un homme de sagesse, et pour sauver l’honneur des medias, pour empêcher que cela n’arrive a une autre radio, j’ai pris ma décision de n’est plus être un journaliste. Si la carte de presse qui n’a jamais été sorti veut être l’objet d’une intimidation, alors je renonce à ce métier et je ne le veux pas. Donc, des aujourd’hui,   Je ne suis plus journaliste, je suis politicien maintenant tout en restant le directeur de la Radio Labaraka FM», a-t-il déclaré.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

En se transformant à un politicien aguerri, Abdallah Abdou Hassane s’est dit bien expérimenté avec beaucoup des atouts et son expérience politique, par rapport à l’actuel vice-président et le ministre de l’intérieur. « Je connais et je servi beaucoup en politique plus que ce deux la », a-t-il lancé.  Sans porter de gants, Agoi affirme que la fermeture de sa radio est un complot du vice-président Djanfar en complicité avec KIKI sans pour autant exclure l’hypothèse que le président donne son avale.  « Si ces gens la notamment le ministre de l’intérieur voulez m’abattre, c’est parce qu’ils savent que j’ai beaucoup de secrets pour eux mais je ne  suis pas arrivé au moment de les dénoncer. Toutefois, je les rappelés que j’étais au rendez de tous ces événements de mon pays comme tous les fils dignes en tant journaliste. J’ai couvert les activités de toutes ces institutions de la République qui me condamnent aujourd’hui. Rares sont les hommes politiques dans ce pays que je n’ai pas interviewés. Et si aujourd’hui, on me qualifie d’illettré, et sans diplômes, je me demande si ceux gens là l’ont appris aujourd’hui. Apres tant d’années de travailler dont ils m’ont proposé plusieurs avancés, visa et voyage dont j’ai toujours refusé. Donc, j’ai décidé d’être politicien en plus de l’opposition pour pouvoir faire face a eux et lui dire ce que j’ai pour eux », a-t-il averti.


En affirmant que tout cela arrive parce qu’il dénonce les pratiques de certains hauts responsables, il précise que la réouverture de la Radio se fera sans doute. « Personne ne peut me faire taire, en plus que je suis plus journaliste. Ce que j’ai dit, je le répète, ma radio n’est pas fermée ni par la justice, ni par le CNPA ni par l’ANRTIC, il a y eu un vol de mes matériels que j’ai totalise a une valeur de 3 700 000fc.  Donc, la baraka FM est toujours vivant », a-t-il conclu.
 Nakidine Hassane

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*